Étiquettes

Gubbio

Gubbio est une petite ville lovée au pied du Monte Ingino en Ombrie. Ses origines remontent à la fin du Paléolithique, comme en témoignent les vestiges d’un village dans le quartier de San Marco et des tombes dans le centre historique. Elle fut une importante cité ombrienne avant de s’allier avec Rome en 295 av. J.-C. Il reste de cette période le théâtre romain, qui pouvait contenir jusqu’à 6 000 spectateurs, et un mausolée qui passe pour être la tombe de Gentius, le dernier roi d’Illyrie, emprisonné à Gubbio après sa défaite contre les Romains en 168 avant J.-C.

L’importance de Gubbio pendant les trois siècles qui précèdent notre ère fut confirmée lors de la découverte, au XVe siècle, des Tables eugubines, sept tablettes en bronze datant du IIIe au Ier siècles av. J.-C., gravées sur les deux faces en caractères ombriens et latins dans la langue ombrienne, qui détaillent les rites et les cérémonies des prêtres de Jupiter. Elles mettent en lumière la grammaire de l’ombrien, aujourd’hui langue morte, et les pratiques religieuses des anciens peuples de l’Italie, y compris la religion primitive des Romains. Ces textes présentent une valeur extraordinaire pour notre patrimoine culturel et religieux, car ce sont les seuls d’une ancienne religion européenne qui nous soient parvenus dans un état presque complet. Par ailleurs, non seulement, les tablettes traitent des sacrifices et des prières adressés aux dieux les plus élevés de la communauté locale, mais elles décrivent la première phase de la religion romaine, reflétant la trinité primitive romaine représentée par Jupiter, Mars et Quirinus, qui sera remplacée plus tard par la triade traditionnelle, dite capitoline, de Jupiter, Junon et Minerve.

Tavola_eugubina - Author unknown

Au Moyen Age, Gubbio était suffisamment puissante pour envoyer mille chevaliers lors de la première croisade et, selon la tradition verbale de la ville, ces derniers furent les premiers à pénétrer dans le Saint-Sépulcre lorsque les chrétiens prirent Jérusalem en 1099. Pendant les siècles qui suivirent, la ville connut plusieurs guerres et passa alternativement sous la domination de l’Eglise et de la famille Gabrielli, mais tout en restant du côté des guelfes dans la rivalité avec les gibelins. Au XVe siècle, elle fut incorporée dans le territoire de la famille Montefeltro, puis, un siècle plus tard, dans le duché d’Urbino sous la famille della Rovere, pour finalement rejoindre les Etats pontificaux en 1631.

Lors de la création du royaume d’Italie en 1860, le Saint-Siège perdit plusieurs légations, dont celles des Marches de laquelle dépendait Gubbio, et la ville fut incorporée dans la toute nouvelle province de Perugia du royaume d’Italie. Quelques années plus tard, en raison de la crise économique qui toucha toutes les régions agricoles de la péninsule, Gubbio connut une forte émigration qui dura près d’un siècle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, en juillet 1944, elle fut sérieusement bombardée par les forces allemandes situées sur les montagnes environnantes, afin de retarder la progression des armées alliées.

porta dei morti - author: ctny

La ville a gardé son visage médiéval avec des maisons à l’architecture austère, caractérisées souvent par une porte étroite surélevée d’une dizaine de centimètres par rapport au niveau de la rue, à côté de l’entrée principale. L’origine de ces portes, appelées porte dei morti (portes des morts), nous est inconnue, certains pensant qu’elles ne servaient que pour le passage des morts, d’autres expliquant qu’elles permettaient aux propriétaires de garder une position dominante lorsqu’ils ouvraient la porte à des inconnus.

palazzo_dei_Consoli - Author: Deblu68

Outre le théâtre romain et le mausolée de Gentius, la ville offre aux visiteurs de remarquables édifices civils et religieux. Le palazzo dei Consoli est considéré comme l’un des plus beaux palais municipaux d’Italie. Réalisé entre 1332 et 1338 dans le style gothique, il présente une imposante façade divisée par quatre grands contreforts et flanquée d’un gigantesque escalier à éventail. Le campanile, situé sur la gauche de la façade, s’élève à 90 mètres de hauteur et est visible de toute la ville. A son sommet, la cloche date de 1769 et pèse 20 quintaux. Un peu plus haut sur le Monte Ingino, le palais ducal, construit au XVe siècle dans le style de la Renaissance par le duc d’Urbino, Federico da Montefeltro, est le résultat de l’agrandissement et de la transformation d’un ensemble d’édifices médiévaux. A l’intérieur, une magnifique cour, bordée de colonnes et de pilastres, servait à l’époque de place publique.

En face du palais ducal, la cathédrale fut construite entre le XIIe et le XIIIe siècles, sur les ruines d’une ancienne église romane. La magnifique rosace centrale est entourée des symboles des Evangélistes: l’aigle pour saint Jean, le lion pour saint Marc, l’ange pour saint Matthieu et le taureau pour saint Luc. La cathédrale est en forme de croix latine et, comme toutes les autres églises de Gubbio, sauf l’église de San Francesco della Pace, elle n’a qu’une nef centrale.

Un autre bâtiment, de grande importance religieuse, est l’église de San Francesco della Pace, dans laquelle François d’Assise conclut un pacte de paix avec un loup qui terrorisait la ville. Alors que les habitants restaient confinés à l’abri des remparts, le saint homme sortit sans armes et apprivoisa le loup grâce à un signe de croix. Il emmena l’animal dans la ville et conclut un pacte selon lequel le loup resterait inoffensif tant que les habitants le nourriraient quotidiennement.

Chaque année, au mois de mai, Gubbio organise la Festa dei Ceri, une importante célébration religieuse en l’honneur du patron de la ville, Sant’Ulbano Baldassini. Les habitants portent en procession les statues de cire de trois saints dont le symbole stylisé est reproduit sur le drapeau officiel de la région Ombrie.

Gubbio - Author: NordNordWest

Lien externe

Publicités