Étiquettes

Lorenzini « Il était une fois … un morceau de bois. » C’est ainsi que commence l’extraordinaire histoire de Pinocchio, la fabuleuse marionnette qui voulait devenir un petit garçon.

La marionnette eut deux pères, le célèbre menuisier Geppetto, qui sculpta le morceau de bois dans le récit, et l’écrivain italien Carlo Lorenzini, plus connu sous le pseudonyme de Carlo Collodi, dont la renommée de sa création finit par éclipser la sienne. En effet, grâce aux multiples adaptations littéraires, théâtrales et cinématographiques du conte, Pinocchio acquit une envergure presque universelle, surpassant la destinée de son auteur.

Carlo naquit en 1826 à Florence, de parents modestes qui travaillaient comme domestiques chez des riches et nobles familles toscanes, dont les Ginari de Florence. Grâce à l’aide de ces derniers, le jeune garçon put entrer au séminaire de Colle di Val d’Elsa, entre Florence et Sienne, puis suivre des cours de rhétorique et de philosophie chez les Piaristes de Florence. A la fin de ses études, il devint employé de bureau, puis journaliste.

En 1848, après avoir participé aux mouvements insurrectionnels de la première phase du Risorgimento, il fonda Il lampione, un quotidien satirique qui fut fermé l’année suivante sur les ordres du grand-duc de Toscane, Léopold II. Il collabora alors avec diverses autres revues et fonda un deuxième journal de la même verve que le premier, La Scaramuccia, qui fut lui aussi rapidement fermé. En 1856, il écrivit ses premières oeuvres, Gli amici di casaUn romanzo in vaporeI misteri di Firenze et Il sig. Albèri ha ragione!. En 1859, pendant la deuxième guerre d’indépendance, il s’engagea comme soldat dans le régiment de cavalerie de Novare, puis revint à Florence en 1860.

Collodi continua sa carrière d’écrivain et de journaliste, mais ce ne fut qu’en 1875 que son nom devint connu du grand public. Il traduisit et remania plusieurs contes d’auteurs français, dont ceux de Charles Perrault, qu’il réunit dans un ouvrage intitulé I racconti delle fate. Le succès de sa traduction fut immédiat et ses éditeurs lui demandèrent d’écrire des histoires à but éducatif pour les enfants. En 1877 et 1878, il écrivit deux contes qui préfigurent le personnage de Pinocchio: Giannettino et Minuzzolo.

En 1881, il contacta son ami, l’éditeur Fernando Martini – qui avait fondé un journal pour enfants, Il Giornale pei i bambini, supplément hebdomadaire du quotidien Il Fanfulla – pour lui proposer une « gaminerie » qui commençait par:

– C’era una volta…
– Un re ! – diranno subito i miei piccoli lettori.
– No, ragazzi, avete sbagliato. C’era une volta un pezzo di legno.

Pinocchio était né.

Giornale per i<br /><br /> bambini - Author unknown

Collodi fit paraître son conte sous la forme de feuilleton, publié entre 1881 et 1882. L’histoire finissait au quinzième chapitre par la pendaison de Pinocchio. La réaction des enfants fut unanime et ils réclamèrent le retour du pantin et la suite de ses aventures. Collodi céda et rajouta vingt-et-un chapitres qu’il publia en un seul ouvrage en 1883: Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino.

Le succès fut modeste, certains reprochant au livre de présenter un risque pernicieux pour les enfants, mais Collodi avait réussi l’exploit d’écrire une histoire où chacun, grand ou petit, pouvait y trouver sa propre interprétation, et Pinocchio ne cessa d’être réimprimé jusqu’à devenir l’un des livres les plus lus en Italie.

Collodi continua à écrire des livres pour enfants et devint le directeur du Giornale per i bambini. Il mourut en 1890, à Florence, et fut enterré au cimetière San Miniato al Monte de Florence.

Son livre lui survécut. Selon une étude de l’UNESCO, il avait été traduit en 240 langues et dialectes à la fin des années 1990. Il fut adapté et remanié à plusieurs reprises, comme dans la célèbre adaptation russe de 1936 d’Alexis Tolstoï, La petite clé d’or ou les aventures de Bouratino, ou dans l’espagnole de 1912 de Salvador Bartolozzi qui emmène la marionnette au pôle Nord, dans la lune et même au centre de la terre.

Le succès de Pinocchio a malheureusement occulté le reste de la production collodienne et a fait de Carlo Collodi un auteur classique méconnu.

Carlo Collodi -<br /><br /> Author unknown

Lien externe

Advertisements