Étiquettes

bolaffi

Tout commença par une passion d’adolescent. En 1890, un jeune garçon de 16 ans découvrit les timbres-poste et, plus de 120 ans plus tard, la société qu’il créa est cotée en bourse et représente l’une des plus grandes entreprises d’expertise et d’échange de timbres et de pièces de monnaie.

Alberto Bolaffi naquit en 1874 à Livourne, en Toscane. Il était de nationalité britannique, grâce à son grand-père qui avait établi un important commerce de plumes d’autruche et de pierres précieuses à Gilbraltar. Son père était impresario de théâtre et, comme il ne gagnait pas bien sa vie, le jeune garçon fut envoyé chez ses tantes maternelles à Turin pour faire ses écoles. Il ne put malheureusement pas les mener à terme, faute d’argent, et il commença à travailler, d’abord chez un marchand de tissus, puis comme représentant des bicyclettes anglaises Ormonde, alors très demandées. A 16 ans, il s’intéressa aux timbres-postes et, grâce à la nombreuse correspondance qu’il entretenait avec sa famille et à sa parfaite connaissance d’une dizaine de langues, il commença à en faire le commerce.

A partir de 1892, Alberto Bolaffi agrandit son inventaire en incluant les pièces de monnaie et les images Liebig, mais les débuts furent difficiles. Lorsqu’il voulut se marier au tournant du XXe siècle, il fut éconduit par sa future belle-famille qui ne trouvait pas que le commerce de timbres fût approprié pour un père de famille. Les jeunes gens néanmoins se marièrent et eurent quatre enfants, une fille et trois garçons.

Grâce à son travail acharné et à ses capacités incontestables, Alberto Bolaffi réussit à se faire connaître et respecter et devint l’un des experts les plus écoutés des expositions philatéliques; en 1936, il fut admis dans le prestigieux Roll of Distinguished Philatelists.

Comme il était de nationalité anglaise, il ne souffrit pas des lois anti-juives émises par le gouvernement fasciste en 1938. Par contre, deux de ses fils décidèrent de s’exiler. Après l’armistice de Cassibile en septembre 1943, Alberto et sa femme se firent faire de faux papiers au nom de « Banfi » pour échapper aux persécutions nazies. Alberto ne vit pas la fin de la guerre, il mourut à Turin le 26 septembre 1944 des suites d’une opération chirurgicale bénigne.

Listino Bolaffi - Author: Bolaffi

Son fils aîné, Giulio, était né en 1902 et avait commencé à aider son père dans son commerce dès l’adolescence, tout en suivant des études classiques au lycée Massimo d’Azeglio, puis des études de droit à l’université de Turin. En 1938, il avait décidé de ne pas accompagner ses frères à l’étranger et était resté en Italie et, en 1943, il avait rejoint les partisans avec lesquels il combattit jusqu’en 1945 dans le val de Suze.

A la fin de la guerre, il retourna à Turin et continua l’activité de son père. En quinze ans, il réussit à ouvrir un deuxième magasin à Turin et deux succursales à Milan et à Rome. En 1946, il s’était en outre lancé dans l’édition en publiant l’un des premiers journaux de l’après-guerre, La settimana nel mondo, dans lequel se trouvait une rubrique philatélique qui devint la Settimana filatelica, puis Il Collezionista, et il se spécialisa dans la publication de livres et de magazines de luxe.

Par ailleurs, il développa des critères modernes de catalogage et de cotation des timbres en introduisant des paramètres qui considéraient, par exemple, l’état de conservation et la qualité du timbre. En 1957, il publia le premier Catalogo nazionale Bolaffi dei francobolli italiani, de nos jours encore une référence en la matière.

Au début des années 1980, il se retira peu à peu des affaires, préférant se consacrer à ses collections personnelles et laissant les rênes de l’entreprise familiale à son fils, Alberto Jr., né en 1936. En 1981, il signa, comme son père, le Roll of Distinguished Philatelists, suivi par Alberto Jr. en 1992. Il mourut à Turin en 1987.

Alberto Jr., actuellement aidé par son propre fils, Giulio Filippo, continue à développer l’entreprise en mettant l’accent sur le lien fort qui rattache les timbres et les pièces de monnaie à l’Histoire. En 2006, il ouvrit les archives Bolaffi au public et développa une section spécialement dédiée l’étude et à la collecte de documents relatifs à la naissance et à l’évolution de l’écrit.

bolaffi_proposte - Author: Bolaffi

Liens externes

Publicités