Étiquettes

battaglia di ponte Milvio1

Lorsque Dioclétien fut nommé Auguste en 284 apr. J.-C., il instaura un nouveau système de gouvernement, afin de ne plus être seul à gouverner l’Empire et de faire face aux invasions barbares: il répartit ses pouvoirs entre les parties orientales et occidentales de l’Empire selon la langue administrative, la partie orientale (Balkans, Grèce, Proche-Orient, Egypte) utilisant traditionnellement le grec et la partie occidentale (Italie, Gaules, Bretagne, Hispanie, Nord de l’Afrique et le cours supérieur du Danube) utilisant le latin et le celte. L’empereur fit appel à un militaire, Maximien, qu’il nomma César en 285, puis Auguste l’année suivante, et à qui il confia l’Occident, conservant pour lui-même l’Orient.

En 293, Dioclétien transforma la dyarchie en tétrarchie en nommant deux Césars subordonnés aux deux Augustes. Il imposa la durée de règne des Augustes à vingt ans, le pouvoir devant passer aux Césars, et réintroduisit le mode de sélection des Césars, basé sur les pratiques des Antonins, en fonction de leur valeur et non de leur parenté avec les Augustes (sortants ou entrants). Les deux nouveaux Césars furent nommés: Galère pour soutenir Dioclétien et Constance Chlore pour Maximien.

Après vingt ans au pouvoir, le 1er mai 305, les deux Augustes abdiquèrent en faveur de Galère et de Constance Chlore et deux nouveaux Césars furent choisis: Maximin Daïa et Sévère. Mais le système mis en place par Dioclétien fut perturbé à la mort de Constance Chlore en 306. Sévère devint Auguste et Galère proclama comme nouveau César le fils de Constance Chlore, Constantin, alors en campagne en Bretagne et soutenu par les troupes de son père. Mais dans le même temps, l’ancien Auguste Maximien décida de revenir au pouvoir et d’appuyer la candidature de son propre fils, Maxence, avec le soutien du Sénat, du peuple et de l’armée à Rome.

La crise successorale empira une année plus tard, en 307, à la mort de Sévère, et même Dioclétien n’arriva pas à rétablir l’ordre. L’Empire se retrouva avec sept empereurs: en Occident, Maximien et Maxence (déclarés usurpateurs par Dioclétien), et Constantin et un nouveau venu, Licinius (soutenus par Dioclétien et Galère); en Orient, Galère et Maximin Daïa; et en Afrique du Nord, un autre usurpateur nommé Domitius.

La situation se clarifia en 311, à la mort de trois des sept empereurs, Galère, Domitius et Maximien. Alors que Licinius et Maximin Daïa se disputaient l’Orient, Constantin et Maxence rivalisaient pour obtenir l’Occident. Mais Maxence avait perdu le soutien de Rome et Constantin engagea une campagne militaire pour conquérir l’Italie du nord, puis s’avança vers Rome.

Chrisme - Author: Udimu

Le 28 octobre 312, les deux armées se rencontrèrent au nord de Rome, à la hauteur du pont Milvius. La veille de l’affrontement, Constantin eut la vision d’un chrisme, le symbole formé par la conjonction des deux premières lettres grecques du mot Christ, et entendit la phrase « ἐν τούτῳ νίκα » (tu vaincras par ce signe). Il fit alors apposer sur le bouclier de ses soldats le chrisme protecteur et, le lendemain, gagna la bataille contre Maxence malgré la supériorité numérique de son adversaire. Acculés contre le Tibre, Maxence et plusieurs centaines de ses hommes se noyèrent alors qu’ils essayaient de se replier vers Rome.

Le lendemain, Constantin entra dans Rome où il fut proclamé premier Auguste de l’Empire. L’année suivante, Licinius vainquit Maximin Daïa à la bataille d’Andrinople et la dyarchie fut rétablie. L’entente entre les deux empereurs était fragile et ne dura qu’une dizaine d’années, jusqu’en 324, où ils s’affrontèrent dans plusieurs batailles. Constantin vainquit son rival qu’il fit exécuter, rétablit à son profit l’unité de l’Empire et régna en maître absolu sur l’Orient et l’Occident jusqu’à sa mort en 337.

La vision qu’eut Constantin la veille de la bataille du pont Milvius, ainsi que sa victoire le lendemain sur Maxence, eurent une importance capitale pour l’établissement et l’officialisation du christianisme dans l’Empire. Constantin embrassa la croyance chrétienne (mais ne reçut le baptême que peu de temps avant sa mort) et signa, une année après la bataille, la lettre de Milan par laquelle il garantissait la liberté de culte à toutes les religions, permettant ainsi aux chrétiens de ne plus devoir vénérer l’empereur comme un dieu. Soixante-sept ans plus tard, en 380, les empereurs Gratien, Valentinien et Théodose publièrent l’édit de Thessalonique qui officialisait le culte chrétien et en faisait l’unique religion licite de l’Empire.

battaglia di ponte Milvio2

Lien externe

Publicités