Étiquettes

Rapallo

Rapallo est une petite ville située au nord-ouest du golf du Tigullio, sur la côte ligure, nichée au creux des montagnes qui dévalent dans la mer. Son territoire comprend plusieurs sommets de l’Apennin ligurien, dont le plus élevé, le Manico del Lume, s’élève à 801 mètres d’altitude et l’altitude moyenne de la commune se situe entre 500 et 600 mètres. Le centre historique est au bord de la mer et l’agglomération s’étend à l’intérieur des terres sur les contreforts des collines. Dans les années 1970, l’urbanisation sauvage et incontrôlée des environs de la ville donna naissance au néologisme « rapallizare », mais ce terme est depuis délaissé par les grands dictionnaires italiens, le phénomène de surconstruction n’ayant malheureusement pas été l’apanage de Rapallo seulement.

Rapallo - Author: Davide Papalini

Les origines de la ville sont incertaines. Des objets sacrés trouvés lors de fouilles laissent penser que des Etrusques, ou peut-être des Grecs, auraient fondé une colonie au VIIIe siècle av. J.-C. En 643 de notre ère, le roi lombard Rothari occupa la région et créa un établissement militaire à Rapallo pour protéger son territoire des Byzantins. Au VIIIe siècle, la région passa aux mains des Francs et le comté de Gênes fut créé, duquel dépendait Rapallo. Le pacte d’allégeance de Rapallo à Gênes fut affermi au XIIe siècle, lors de la rivalité avec la république de Pise, puis confirmé le 17 mars 1229 par un acte de dévouement total. Rapallo fut alors gouvernée par un podestat dont le territoire comprenait également les actuelles communes de Santa Margherita Ligure et Portofino.

En 1284, Rapallo fut saccagée par Alberto Morosini, neveu du doge de Venise et podestat de la république de Pise, mais ce dernier fut battu le 6 août de la même année, à la bataille navale de Meloria qui établit définitivement la prédominance de la république de Gênes sur les mers ligure et tyrrhénienne. Aux côtés des Gênois se trouvaient cinquante hommes de Rapallo et cinquante de Santa Margherita.

Deux siècles plus tard, la république de Gênes dut faire face à un nouvel adversaire, le royaume d’Aragon, qui lui disputait le contrôle de la Méditerranée occidentale et, le 5 septembre 1494, sur l’instigation du cardinal Obietto Fiéschi opposé à la domination de la famille Sforza à Gênes, 4 000 Espagnols débarquèrent à Rapallo dans l’espoir de soulever les habitants et de conquérir facilement Gênes. Les Gênois, aidés par les Français et les Suisses, vinrent à la rescousse de la ville, mais dans la confusion des combats, les Suisses massacrèrent nombre d’habitants, dont cinquante malades de l’hôpital de San Antonio.

Quelques années plus tard, le 4 juillet 1549, Rapallo subit une nouvelle attaque, cette fois par les corsaires turcs de l’amiral Dragut. L’ennemi entra facilement dans la ville et se livra au pillage systématique des habitations et des églises. Les habitants se retrouvèrent seuls face aux Ottomans, car dans la confusion, Gênes envoya les renforts à Santa Margherita. Par ailleurs, les villages avoisinants non seulement ne vinrent pas en aide aux habitants, mais participèrent au pillage dès le départ des pirates. Suite à cette attaque, le capitaine gênois Gregorio Roisecco fit construire une forteresse sur le front de mer pour protéger la ville.

Castello - Author: Davide Papalini

Entre 1579 et 1580, une peste noire ravagea la Ligurie et causa environ 100 000 morts. Deux cas suspects seulement furent enregistrés à Rapallo et les habitants y virent un miracle qu’ils attribuèrent à Notre-Dame de Montallegro. Plusieurs autres miracles furent attribués ultérieurement à la Vierge, notamment lors de la peste de 1657, qui ravagea Gênes mais ne fit aucune victime à Rapallo, et lors du bombardement allié du 28 juillet 1944 qui ne fit que deux morts, la majorité des bombes étant tombées dans la mer.

A la dissolution de la république de Gênes par les Français en 1797, Rapallo fut intégrée dans république Ligurienne, puis après le Congrès de Vienne de 1815, dans le royaume de Sardaigne, avant de rejoindre le royaume d’Italie en 1861.

Avec l’ouverture de la ligne de chemin de fer entre Gênes et Sestri Levante en 1868, Rapallo devint une destination prisée par les fortunés et de nombreux hôtels de luxe et de villas furent construits au bord de mer et sur les collines avoisinantes. Parmi les célébrités qui séjournèrent dans la petite station, on trouve Friedrich Nietzsche, Sigmund Freud, Théodore Roosevelt, Franz Liszt, Guy de Maupassant, Lord Carnarvon, Eleonora Duse et Ernest Hemingway.

Après la Première Guerre mondiale, Rapallo fut le siège de deux importants traités: le 12 novembre 1920, le royaume d’Italie et le royaume des Serbes, Croates et Slovènes signèrent le fameux traité de Rapallo qui confirmait les frontières définies entre les deux royaumes lors du traité de paix de Versailles de 1919; et le 16 avril 1922, l’Allemagne et l’URSS signèrent un traité par lequel elles renonçaient aux réparation de guerre qu’elles se devaient l’une à l’autre et rétablirent des relations diplomatiques et commerciales.

basilica_dei_ss_gervasio_e_protasio - Author: Davide Papalini

Rapallo comprend de nombreux monuments religieux, dont les plus importants sont la basilique de saint Gervais et saint Protais, initialement érigée au XIIe siècle, puis rénovée aux XVIIe siècle et XIXe siècle, et le sanctuaire Nostra Signora di Montallegro, construit en 1558 pour commémorer l’apparition de la Vierge l’année précédente.

Dans la baie en face la promenade principale, le château érigé suite à l’attaque des pirates turcs en 1549 se dresse dans la baie, en face de la promenade principale de la ville, sur une petite île reliée à la terre par une jetée, ce qui est une exception dans la topologie habituelle des tours de garde côtières de la Ligurie. Chaque année au mois de juillet, lors des trois jours de fête consacrés à la Madonna di Montallegro, le château est symboliquement (et curieusement) incendié par des effets pyrotechniques.

Kiosque à musique - Author: Davide Papalini

Une autre curiosité de Rapallo est le kiosque à musique situé sur la promenade au bord de mer. Il fut financé au début du XXe siècle par des émigrants de Rapallo installés en Amérique latine, principalement au Chili et en Argentine. Il fut construit par l’architecte Luigi Devoto dans le style Liberty et décoré par le peintre local Giovanni Grifo qui représenta sous le dôme les grands maîtres italiens et étrangers de la musique.

Les émigrants de Rapallo sur le continent américain offrirent également une très belle statue de Christophe Colomb, sculptée par l’Italo-Argentin Arturo Dresco, qui représente le navigateur pointant du doigt le continent américain.

Rapallo - Author NordNordWest

Lien externe

Publicités