Étiquettes

Lecce

Tous les amoureux du baroque se rendent une fois ou l’autre à Lecce. Considérée comme l’un des fleurons de l’Italie, la ville est surnommée la « Florence baroque », car elle est une magnifique vitrine en plein air de détails de pierre fleuris, exubérants et flamboyants dont les ascendances lointaines peuvent être retracées dans la tradition décorative du roman des Pouilles, mais qui sont fortement rattachés au baroque romain.

Duomo_di_Lecce_Assunta - Author Lupiae

Les recherches des archéologues révèlent que le Salento (le talon de la botte) était déjà habité au Paléolithique moyen et les plus anciens témoignages de la première colonie de Lecce remontent au VIIIe siècle av. J.-C. La transformation de ces quelques huttes en centre urbain se produisit au cours des dernières décennies du IVe siècle av. J.-C., lorsque certaines villes voisines, comme Cavallino et Rudiae, commencèrent à décliner. La ville fut équipée de puissants remparts longs de 3 kilomètres et épais de 5 mètres qui encerclaient une superficie d’environ 50 hectares.

Au IIIe siècle av. J.-C., la ville fut conquise par les Romains et baptisée Lupiae. Elle fut développée surtout sous les empereurs Hadrien et Marc-Aurèle qui édifièrent l’amphithéâtre, un théâtre, des termes et des temples et elle devint l’un des plus importants centres du Salento. A la chute de l’Empire romain, elle fut deux fois conquise et pillée par le roi ostrogoth Totila, en 542 et en 549. Laissée à l’abandon sous les Lombards qui lui préféraient Otranto, elle passa en 983 sous le contrôle du gouvernement byzantin de Bari et devint un important centre religieux et culturel.

Les Normands en firent leur « capitale » dans le Salento jusqu’à l’arrivée des Souabes au XIIe siècle. Au XIIIe siècle, elle passa aux Angevins, puis devint un fief des Brienne, des Enghien et des Orsini-Del Balzo. Au XVe siècle, elle entra dans le territoire du royaume de Naples. Elle était devenue un point de croisement des trafics commerciaux dans la basse Adriatique et était fréquentée par des marchands florentins, vénitiens, grecs, génois et albanais. Elle jouit ainsi d’un remarquable essor économique qui attira la convoitise des Turcs, dont elle subit de nombreuses attaques. Au XVIe siècle, le roi Charles Quint fortifia les remparts, les dota de portes monumentales et construisit un chateau-fort pour renforcer ses défenses.

Lecce - Author: tango7174

Le 7 octobre 1571, la bataille de Lépante mit un coup d’arrêt à la progression ottomane en Occident et Lecce connut une période de prospérité et de croissance qui correspond à l’essor du style baroque dans la ville. Après tant d’années de constructions militaires, la flamme artistique de Lecce fut ravivée avec l’avènement d’un groupe d’artistes – commandités par des mécènes religieux ou des familles nobles – qui édifièrent de magnifiques édifices religieux et des palais prestigieux et qui transformèrent la petite ville provinciale en un joyau étincelant de l’ère baroque. Pour réaliser les extraordinaires décors sculptés qui illuminent les façades, les artistes utilisèrent la pietra leccese (grès de Lecce), un calcaire homogène compact et tendre dont les caractéristiques minéralogiques permettaient une telle malléabilité qu’il pouvait être taillé avec un simple couteau, donnant ainsi au sculpteur la possibilité de réaliser les formes les plus merveilleuses. Une fois l’ouvrage terminé, la pierre était rendue résistante aux éléments naturels par un ingénieux procédé: elle était plongée dans du lait dont l’acide lactique pénétrait les pores, créant ainsi une couche imperméable qui se teintait avec le temps d’une chaude couleur ambre clair.

Cette époque était caractérisée par la volonté des prélats, des aristocrates et des bourgeois de montrer leur pouvoir et leur force, rivalisant dans l’édification de nouveaux monuments, en particulier les églises, les chapelles, les monuments funéraires ou les autels, et les surchargeant de symboles et d’armoiries. Les façades et les détails des palais étaient également décorés afin de montrer à chacun le rôle social que chaque famille revendiquait. Ainsi, chaque portail, chaque fenêtre, chaque balcon ou chaque entablement était soigneusement décoré de blasons ou de saints protecteurs. Les décorations typiques que l’on retrouve dans le baroque de Lecce comprennent des figures humaines et des animaux mythiques comme le Sarrasin et le dragon, des créatures symboliques comme les Harpies, des objets qui rappellent l’alchimie et la maçonnerie comme le compas et l’équerre, ainsi que des chérubins bienheureux aux côtés de masques grotesques. La représentation des athanors (four cosmique utilisé par les alchimistes pour sublimer des matières opposées et provoquer un processus de régénération) est particulièrement unique dans l’histoire de la sculpture.

détails - Author unknown

Celui dont on doit les plus belles représentations de cet art est Giuseppe Zimbalo, dont le grand-père, Francesco Antonio, avait été l’un des premiers architectes à introduire le baroque à Lecce. Giuseppe approfondit et complexifia le style de Francesco Antonio, créant une variante unique, spécifique à Lecce et à sa région, moins sévère et imposante que le baroque romain et napolitain, mais plus ciselée, qui fait penser au travail des orfèvres. A ce sujet, il est fort probable qu’il s’inspira également du style plateresque espagnol dont il avait connaissance grâce à la présence espagnole dans toute l’Italie du Sud à l’époque (plateresque veut dire « à la manière des orfèvres » en espagnol). Zimbalo travailla principalement sur des édifices religieux et il est surtout connu pour avoir remanié la cathédrale, érigé son campanile et achevé la façade de la basilique Santa Croce qu’avait commencée son grand-père. Il travailla également sur le palais des Célestins, la colonne de la place Sant’Oronzo et la basilique San Giovanni Battista. Parmi les autres artistes ayant contribué à l’embellissement de Lecce, on trouve Giuseppe Cino, Gabriele Riccardi, Cesare Penna et Mauro Manieri.

San Giovanni Battista - Author: Paolo da Reggio

En 1647, la ville se révolta contre le système des impôts espagnol imposé par Philippe IV d’Espagne, mais l’insurrection fut brutalement réprimée dans le sang par les barons du roi envoyés en urgence avec un contingent militaire. En 1656, une terrible épidémie de peste ravagea le royaume de Naples: il y eut des milliers de morts à Lecce et la fin de l’épidémie fut attribuée à saint Oronce qui fut nommé patron de Lecce à la place de sainte Irène.

En 1734, les Bourbons s’installèrent sur le trône de Naples et apportèrent d’importants changements dans l’administration du royaume. Ils limitèrent, entre autres, les immunités et les privilèges du clergé et saisirent, en 1767, le riche patrimoine des Jésuites, après les avoir expulsés du royaume des Deux-Siciles. En 1806, Joseph Bonaparte conquit Naples et mit en oeuvre une série de réformes, dont la dissolution des ordres religieux et l’affectation de leurs édifices à des bureaux du gouvernement. Le couvent des Célestins servit de palais du gouvernement, le collège des Jésuites devint le tribunal et le monastère dei Teatini fut d’abord transformé en caserne, puis en école, avant de servir de palais municipal. La féodalité fut abolie, les grands domaines morcelés et les terres publiques redistribuées. Les familles nobles restèrent cependant au pouvoir jusqu’à l’unification de l’Italie en 1860.

ville_lecce - Author: M&G

Le XIXe siècle marque également une période d’effervescence artistique: la ville s’étendit hors de ses murs et de nouveaux quartiers furent bâtis. Ce sont surtout les villas aux styles architecturaux audacieux et éclectiques (néoclassique, néo-moresque ou néogothique), construites par les riches familles de la ville le long des nouveaux boulevards, qui retiennent aujourd’hui l’attention. Dans les années 1920-1930, la place Sant’Oronzo fut radicalement transformée: l’amphithéâtre romain fut déblayé et les anciens palais remplacés par des bâtiments modernes de style fasciste.

Piazza Sant'Oronzo - Author ilpaesenuovo

L’économie de la ville est basée principalement sur l’agriculture (vignes et oliviers), l’artisanat, la construction et le tourisme. Sa situation économique est considérée comme l’une des meilleures des villes de l’Italie du Sud, après Potenza et Matera.

Les trois patrons de la ville, saint Oronce, saint Juste et saint Fortuné, sont célébrés chaque année pendant trois jours du 24 au 26 août. Une immense procession religieuse traverse les rues de la vieille ville le premier jour et les deux journées suivantes sont réservées à des concerts et des spectacles. Le festival se termine par un feu d’artifice.

Lecce - Author: NordNordWest

Lien externe

Publicités