Mots-clefs

Taranto

Au VIIIe siècle av. J.-C., les guerres déchiraient la Messénie en Grèce et Sparte avait besoin de soldats. Comme seul un citoyen sparte pouvait servir dans l’armée, la ville changea la loi afin d’autoriser les Parthéniens (les enfants illégitimes nés d’une Spartiate et d’un homme libre non citoyen) à combattre. Cependant, à la fin des guerres, lorsque le besoin en soldats se réduisit, Sparte les chassa de la ville. Selon la légende, Phalanthus, le chef parthénien, se rendit d’abord à Delphes pour consulter l’oracle qui lui répondit qu’il fonderait une ville le jour où la pluie tomberait d’un ciel clair. Les Parthéniens partirent vers le nord et arrivèrent dans les Pouilles, à l’actuel emplacement de Tarente, sans avoir trouvé les bonnes conditions pour fonder leur ville. Alors que sa femme Ethra pleurait de fatigue et de découragement, Phalanthus réalisa que Ethra signifiait « ciel clair » et comprit que la prédiction venait de se réaliser.

Légende mise à part, Tarente fut effectivement fondée en 706 av. J.-C. par des Grecs qui établirent un type de monarchie modelée sur celle de Sparte. Les colons ne s’étendirent que le long des côtes, car ils rencontrèrent une certaine résistance de la part des populations locales, mais de manière générale, la cité prospéra et devint un centre culturel rayonnant et une importante puissance économique.

A partir du IIIe siècle av. J.-C., Tarente entra en conflit avec Rome. La guerre pour défendre la cité dura dix ans, menée par le roi d’Epire Pyrrhus Ier. En 272, la ville fut conquise par les légions romaines et ses habitants vendus comme esclaves. Plus tard, lors de la Deuxième Guerre punique, Tarente soutint Hannibal dans sa lutte contre Rome pour n’être que mieux soumise lorsque le général romain Fabius Cunctator reprit la ville en 209 av. J.-C.

A la chute de l’Empire romain, la ville fut occupée successivement par les Lombards, les Byzantins, les Sarrasins et les Romains. Finalement, en 1071, après des années de lutte, elle devint la capitale du territoire normand en Italie méridionale et fut érigée en principauté. En 1465, elle passa par héritage au roi Ferdinand Ier de Naples et fut intégrée au royaume de Naples dont elle suivit l’histoire jusqu’à l’unification d’Italie en 1860.

Taranto Aerial view - Author: Kadellar

A cause de sa configuration particulière entre « deux mers », Il Mar Piccolo et Il Mar Grande, Tarente devint dès le 21 août 1889, une des bases de la marine italienne. Pendant la Première Guerre mondiale, l’arsenal servit de base aux navires italiens, français et anglais.

Pendant la seconde guerre mondiale, l’Italie basa le gros de sa flotte à Tarente. Le 28 octobre 1940, elle attaqua la Grèce, mettant en péril l’équilibre des forces armées en place dans la Méditerranée. Les Britanniques se rangèrent aux côtés des Grecs et le nombre de convois de la Royal Navy augmenta en direction de l’Egypte, de la Grèce et de l’île de Malte. Afin d’assurer la sécurité de leurs vaisseaux face aux Italiens qui naviguaient dans les mêmes eaux en direction de la Lybie, les Britanniques décidèrent d’attaquer par surprise la port de Tarente. Dans la nuit du 11 au 12 novembre 1940, 21 avions torpilleurs britanniques Fairey Swordfish du porte-avions HMS Illustrious mirent la moitié de la force navale italienne hors service. Cette attaque, connue comme « la nuit de Tarente », fit 85 victimes parmi les civils et les militaires et souligna le rôle essentiel que les belligérants accorderaient désormais à l’aviation – donc aux porte-avions – dans les combats futurs. Il est dit que les Japonais s’en inspirèrent le 7 décembre 1941 lorsqu’ils attaquèrent le port américain de Pearl Harbor.

En 1965, le président Giuseppe Saragat inaugura le 4e pôle sidérurgique de la société Italsider, le plus grand centre de production d’acier en Europe. La ville connut alors un essor économique sans précédent dans le sud de l’Italie avec la création de raffineries et de cimenteries qui permit une augmentation conséquente de la population et du niveau de vie des habitants. Malgré cette prospérité, la ville fut déclarée en faillite financière en 2005 avec des pertes établies à plus de six cents millions d’Euros.

Le revers de cette industrialisation est un niveau de pollution qui fait de Tarente la ville la plus polluée d’Europe, comparable à Linfen en Chine et à Copşa Mică en Roumanie. Ces dix dernières années, les cas de leucémies, lymphomes et myélomes dans la région augmentèrent de 30 à 40 % et on estime la quantité de dioxine à Tarente trois fois supérieure à celle présente lors de la catastrophe de Seveso en 1976.

Taranto-veduta - Author unknown

Il n’empêche que Tarente mérite le détour, car elle offre plusieurs sites de grande importance. Le plus ancien est le temple de Poséidon datant probablement du Ve siècle av. J.-C. Il n’en reste malheureusement que deux colonnes doriques de plus de huit mètres de hauteur et de deux de diamètre. Au XVIIIe siècle, on pouvait encore voir les vestiges de dix colonnes, mais huit disparurent en 1729 lors de la reconstruction du couvent des Célestins situé à côté. Le château aragonais, qui commande le chenal d’accès à la rade, fut construit au Xe siècle sur des fondations byzantines. Au XVIe siècle, le roi Ferdinand II d’Aragon le fit restaurer et agrandir par l’architecte Francesco di Giorgio Martini pour protéger la ville des attaques des Turcs. L’imposant Palazzo del Governo sur la partie sud du chenal date du XXe siècle, malgré son allure typiquement médiévale. Il fut construit en 1934 sur les ruines du théâtre Politeama Alhambra spécialement démoli et il fut inauguré le 7 septembre 1934 par Benito Mussolini.

La ville accueille également l’un des trois plus grands musées archéologiques d’Italie (avec le Musée national romain et le Musée archéologique de Naples), le Musée archéologique national, dont la collection la plus prestigieuse est une collection de bijoux grecs en or, dits Ori di Taranto.

L’élément le plus caractéristique de Tarente est le Ponte Girevole qui relie l’îlot historique du Borgo Antico à la presqu’île du Borgo Nuovo. C’est un pont tournant qui enjambe le chenal reliant le golfe de Tarente (Il Mar Grande) à la rade (Il Mar Piccolo). Il mesure 89,9 mètres de long et 9,3 de large. Construit en 1887, il fut électrifié en 1958. Les procédures d’ouverture et de fermeture exigent environ vingt minutes, temps pendant lequel la ville est littéralement coupée en deux. Il est devenu le symbole de Tarente et fut utilisé comme décor dans plusieurs films.

Il est bien entendu impossible de parler de Tarente, sans mentionner la tarentule, la célèbre araignée mythique dont la morsure plongeait sa victime dans un profond état léthargique qui conduisait à la mort s’il n’était combattu par une danse rapide et rythmée: la tarentelle.

Taranto - Author: NordNordWest

Lien externe

Publicités