Étiquettes

,

Grotte di Castellana

Le village de Castellana fut fondé au Moyen Age par le monastère de Saint-Benoît de Conversano. En 1098, le comte Goffredo di Conversano, d’origine normande, donna aux moines la permission de s’implanter et de fonder de petites communautés. La fondation officielle de Castellana date de 1171, lorsque l’abbé donna le fief à deux seigneurs d’Otranto dans une tentative de repeupler les habitations du village qui avait été dévasté par les guerres entre le roi Roger II de Sicile et les Normands.

Sous la domination souabe, le monastère bénédictin fut abandonné et le fief confié à des moines cisterciens en provenance de Morée en Grèce. En 1456, Castellana et l’ensemble du comté de Conversano formèrent la dot de Caterina Orsini Del Balzo lors de son mariage avec le duc d’Altri, Giulio Antonio Acquaviva. Les Acquaviva gardèrent le fief jusqu’à l’abolition du système féodal en 1806 et furent des seigneurs attentifs aux besoins de leurs vassaux, organisant le territoire en petites exploitations familiales pour la culture de la vigne et du blé.

La déforestation sauvage des collines autour de la ville dut prendre fin au XVIIIe siècle lorsque les eaux de pluie, qui n’étaient plus retenues par les forêts, inondèrent à plusieurs reprises la ville. Deux inondations marquent encore les esprits: celle du 28 août 1741 dont le niveau atteignit six pieds de hauteur et celle du 9 novembre 1896 qui fit quatre victimes et détruisit 600 habitations. Le problème ne put être résolu qu’au début du XXe siècle lorsqu’un système de contrôle du ruissellement par un réseau de ravines artificielles fut conçu par des ingénieurs civils. Par ailleurs, les nouvelles habitations ne furent plus édifiées au fond de la vallée, mais sur les hauteurs à quelques centaines de mètres de l’ancien centre-ville.

En 1938, Castellana connut un tournant dans son économie grâce à la découverte à un kilomètre de la ville de grottes. En 1950, Castellana changea son nom en Castellana Grotte, en l’honneur de cette découverte.

castellana grotte - Author: Il guardiano del faro

Castellana se trouve dans la vallée d’Itria qui est une dépression due à des phénomènes d’érosion de type karstique. L’histoire géologique de cette vallée commence au Crétacé supérieur, il y a quelques cent millions d’années, lorsque la région des Pouilles était submergée par la mer dans laquelle vivaient de vastes colonies de mollusques et une foison des plantes marines. Les coquilles et les carcasses s’accumulèrent au fond de la mer, formant un gigantesque dépôt de boue et de sable pouvant atteindre plusieurs kilomètres d’épaisseur qui, peu à peu, se transforma en une couche de calcaire. Plus tard, il y a environ soixante-cinq millions d’années, la mer se retira laissant à découvert la masse de calcaire qui, en raison de sa rigidité, se fractura par endroit. Les eaux de pluie s’infiltrèrent dans le sol et formèrent de grandes nappes souterraines qui réussirent avec le temps à dissoudre le calcaire et à agrandir les fractures jusqu’à ce qu’elles se rejoignent et forment un réseau de galeries souterraines. A certains endroits, la voûte de calcaire séparant les grottes de la surface se perça ou s’écroula, laissant ainsi entrer la lumière pour la première fois.

Les grottes furent découvertes suite à la décision de l’Office du tourisme de Bari d’envoyer un spéléologue faire une inspection des grottes de la région afin de les transformer, si possible, en attraction touristique. Le 23 janvier 1938, après plusieurs mois d’exploration, le professeur Franco Anelli découvrit une ouverture dans le sol qui le conduisit à la première grotte, la Grave. Il y descendit, puis s’aventura dans un couloir qui l’amena à une grotte tellement gigantesque que sa lampe n’en éclairait pas la voûte. Anelli revint deux jours plus tard avec un habitant, Vito Matarrese, et ils explorèrent la totalité des galeries, jusqu’en septembre 1938 où ils établirent leur premier rapport. Lorsqu’Anelli quitta Castellana, Matarrese continua l’exploration et ce fut lui qui découvrit la dernière grotte, la Caverna bianca.

grotte-di-castellana - Author unknown

Les galeries s’allongent sur 3 348 mètres et s’enfoncent jusqu’à 122 mètres de profondeur. La température est d’environ 18° C. Il est possible de les visiter toute l’année (sauf à Noël et le jour de l’An) avec deux itinéraires: le premier est de 1 kilomètre et dure 50 minutes; le second est de 3 kilomètres et dure 2 heures. L’entrée se fait par un énorme tunnel vertical de 60 mètres de long qui arrive à la Grave. Cette première cave est longue de 100 mètres, large de 50 et haute de 60. C’est la seule qui reçoit la lumière extérieure par un oculus qui éclaire les magnifiques sculptures calcaires, les stalactites et les stalacmites. Au bout du parcours, la Caverna bianca est la plus belle du complexe et est considérée comme la plus brillante du monde. Elle est entièrement recouverte d’albâtre blanc, orné de cristaux, et ses stalagmites sont translucides. Sa voûte semble soutenue par deux hautes colonnes décorées de concretions coralliennes. Entre les deux se succèdent galeries, passages et grottes dont les noms évoquent l’imagination des deux explorateurs: la Grotta Nera (ou della Lupa Capitolina), le Cavernone dei Monumenti, la Calza, la Caverna della Civetra, le Corridoio del Serpente, la Caverna del Precipizio, le Piccolo Paradiso, le Corridoio del Deserto, le Grand Canyon sotterraneo, la Caverna della Torre di Pisa et le Laghetto limpido.

En dehors des grottes, Castellana Grotte offre de nombreuses belles églises de la Renaissance et de splendides palais du XVIIIe siècle. Chaque 11 et 12 janvier, la ville organise une magnifique fête en l’honneur de la Vierge de Vetrana qui aurait arrêté la terrible peste de décembre 1690.

Castellana Grotte - Author: NordNordWest

Liens externes

Publicités