Mots-clefs

Otranto

La petite ville d’Otrante est située au bord de la mer Adriatique, dans le talon de la botte italienne. Cinq kilomètres plus au sud, le cap d’Otrante et son phare marquent le point le plus à l’est de l’Italie et délimitent, selon les conventions maritimes, la frontière symbolique entre la mer Adriatique et la mer Ionienne.

Le site d’Otrante fut vraisemblablement habité depuis le Paléolithique et certainement au Néolithique. La ville se trouve à l’emplacement de la ville grecque Hydrus (Hydruntum en latin), d’où elle tire son nom actuel. Pendant la lutte du roi d’Epire Pyrrhus Ier contre Hannibal et Rome au IIIe siècle av. J.-C., elle se rangea aux côtés des grecs. Lorsqu’elle fut conquise par les Romains, elle devint un municipium avec ses droits propres et était l’agglomération la plus importante du Regio II Apulia et Calabria, plus importante même que Brindisium, grâce à sa proximité avec la côte orientale de la mer Adriatique et du port d’Apollonie d’Illyrie.

Au VIIIe siècle, la ville était sur le territoire du duc lombard Arigis II de Bénévent, puis elle fut comprise dans l’Empire byzantin d’Orient jusqu’au XIe siècle. En 1068, elle fut l’une des dernières villes des Pouilles à se soumettre au duc normand Robert Guiscard, avant d’entrer dans le territoire de la principauté de Tarente.

En 1096, le prince Bohémond de Tarente, l’un des principaux chefs de la première croisade, fit bénir ses douze mille croisés dans la cathédrale, construite vers 1080. Saint François d’Assise y fut reçut avec tous les honneurs à son retour de la cinquième croisade en 1219. Et lors de la sixième croisade, le 11 septembre 1227, le landgrave de Thuringe Louis IV y mourut des fièvres avant de pouvoir s’embarquer pour la Terre Sainte.

Otranto - Author: tango7174

L’année 1480 marqua l’événement le plus dramatique de l’histoire de la ville. Le 28 juillet, le grand vizir turc, Gedik Ahmed Pacha, se présenta sous les remparts d’Otrante avec 150 vaisseaux et 18 000 hommes. Les habitants ne purent repousser l’assaut et durent se réfugier dans la citadelle alors que le pillage des habitations commençait. Après quinze jours de siège, le 11 août, la ville tombait aux mains des turcs qui massacrèrent tous les hommes âgés de plus de quinze ans et réduisirent les femmes et les enfants à l’esclavage. Les estimations parlent de 12 000 morts et de 5 000 esclaves. Huit cents Otrantins, qui avaient refusé de renier leur foi chrétienne, furent décapités sur le col de la Minerve. Ils furent béatifiés le 14 décembre 1771 par le pape Clément XIV et sanctifiés le 12 mai 2013 par le pape François. Les turcs transformèrent la cathédrale en écurie et détruisirent le monastère de San Nicola di Casole, dans lequel se trouvait la plus grande bibliothèque de l’Occident et qui était le premier collège de l’histoire, fréquenté par des étudiants de toute l’Europe. L’occupation dura treize mois et il fallut une expédition organisée par le roi de Naples Ferdinand d’Aragon pour défaire les turcs. Mais c’était trop tard, Otranto avait été touchée à mort et elle perdit son importance par rapport à sa rivale, Lecce.

La ville subit d’autres attaques des Sarrasins, en 1537, 1614 et 1644, et elle fut peu à peu abandonnée par ses habitants. Les campagnes environnantes furent laissées en friche, ce qui provoqua la formation de marécages et une augmentation du paludisme. L’activité reprit légèrement au XVIIIe siècle. En 1808, Napoléon Bonaparte érigea Otranto en duché et le donna à son ministre de la police, Joseph Fouché. Ses descendants habitent actuellement en Suède et sont les seuls ducs non royaux de Suède.

A partir de l’unité d’Italie, des travaux pour assainir les campagnes permirent de reprendre les activités d’agriculture et la ville subit de nombreuses rénovations. Au XXe siècle, beaucoup d’habitants émigrèrent, principalement en Allemagne et en Suisse, à la recherche de travail. Depuis la fin des années 1990, la ville connait des débarquements massifs de réfugiés albanais fuyant leur pays.

fortress - Author: MatthiasKabel

Les deux monuments principaux de la ville sont le château et la cathédrale. Le château est intégré dans le système de fortifications de la ville. Il fut construit au XIIIe siècle par l’empereur Frédéric II du Saint-Empire, puis reconstruit par les Aragonais à la fin du XVe siècle pour fortifier la ville après les massacres de 1480. De cette période, il ne reste qu’une tour et un pan de mur. Son aspect actuel à plan irrégulier de cinq côtés, avec un large fossé longeant le périmètre, est dû aux vice-rois espagnols qui en firent un véritable chef-d’oeuvre d’architecture militaire, particulièrement pendant le règne de Pierre de Tolède en 1535 dont on retrouve les armes sur le portail d’entrée. Les deux bastions polygonaux sur le côté faisant face à la mer furent ajoutés en 1578. Cette forteresse servit de décor au premier roman gothique écrit par Horace Walpole en 1764: Le Château d’Otrante.

La cathédrale fut construite sur les ruines d’une maison romaine et d’un premier temple chrétien. Elle fut consacrée le 1er août 1088 sous le pontificat d’Urbain II et dédiée à la Vierge de l’Annonciation. L’intérieur a trois nefs, séparées par des colonnes provenant de ruines romaines. Sur le sol, une mosaïque longue de 54 mètres et large de 28, est l’oeuvre du moine Pantaleone et date de 1166. Elle illustre des scènes de l’Ancien Testament, les légendes des saints et des épisodes des cycles chevaleresques, disposés le long d’un « arbre de vie » montrant l’expérience humaine de la chute au salut. Il fallut près de 6 000 tesselles pour aboutir à un tel chef-d’oeuvre. Dans l’abside et sur le côté droit de l’église, sept grandes armoires vitrées conservent les reliques des huit cents martyrs chrétiens qui furent massacrés par les troupes de Pacha en 1480. Chaque année, les 13 et 14 août, les martyrs sont célébrés par des cérémonies civiles et religieuses.

Otranto - Author: NordNordWest

Lien externe

Publicités