Mots-clefs

Carlo Criveli

Carlo Crivelli naquit à Venise vers 1435. Il est supposé avoir reçu une formation de peintre dans les ateliers d’Antonio et de Bartolomeo Vivarini et de Giovanni d’Alemagna, mais les experts voient également dans son oeuvre la forte influence d’Andrea Mantegna et Francesco Squarcione comme preuve qu’il aurait étudié à Padoue. Cependant, il vivait encore à Venise en 1457, lorsqu’il fut reconnu coupable d’adultère avec la femme d’un marin. Après cet incident, il quitta Venise pour ne plus y revenir, bien qu’il continuât à signer « OPVS Caroli Crivelli Veneti ». Il ne reste malheureusement à Venise aucune peinture attribuable à Crivelli, celles mentionnées ultérieurement par les historiens ayant été perdues ou égarées.

On retrouve sa trace en 1461 et 1463 à Zara (l’actuelle Zadar) en Dalmatie. Quelques oeuvres pourraient lui être attribuées, mais les experts s’accordent à penser qu’elles sont en réalité de son frère Vittore, un peintre de moindre talent que son aîné. A partir de 1468, Crivelli s’établit dans les Marches, près d’Ascoli Piceno, où il resta jusqu’à sa mort vers 1495.

Madonna - Author: Carlo Crivelli

A cette époque, les Franciscains et les Dominicains étaient très actifs dans la construction d’églises et Crivelli fut commandité pour en exécuter la décoration. Son travail est ainsi exclusivement de nature religieuse et principalement constitué de portraits de la Vierge à l’Enfant, de Pietà et de polyptyques. Beaucoup des panneaux composant ces derniers furent par la suite dispersés dans les divers musées du monde, comme par exemple, le retable dédié à saint Georges qui fut divisé entre la National Gallery de Londres (saints Pierre et Paul), celle de Washington (panneau central de la Vierge à l’Enfant), le Gardner Museum de Boston (saint Georges et le dragon), l’Institut of Arts de Detroit (Pietà) et les musées de Tulsa (deux saints) et de Cracovie (deux saints). Parmi ceux qui nous sont parvenus dans leur intégralité, les plus importants sont celui de saint Sylvestre de Massa Fermana, daté de 1468 et conservé au palais communal de la ville, et celui de la cathédrale d’Ascoli Piceno, de 1473.

Retable Ascoli - Author: Carlo Crivelli

Le décor architectural de ces retables, leurs divisions strictes et leurs fonds d’or sont encore de tradition gothique, mais les figures qui y sont inscrites ont un relief ciselé comme dans du bronze, hérité de l’école de Padoue. Cependant, l’originalité de Crivelli réside tout autant dans la splendeur de la matière, l’émail éclatant des couleurs ou le faste des étoffes, des bijoux et des fruits disposés en lourdes guirlandes.

Avec le temps, Crivelli évolua en intégrant des éléments plus typiques de la Renaissance: le fond d’or fit place à un décor d’architecture dont la perspective est rigoureuse et qui accueille de remarquables morceaux de « nature morte » et le dessin devint plus paisible, d’un coloris d’une qualité plus sourde, tout en restant soutenu par un style toujours extrêmement raffiné. A l’expressionnisme flamboyant des premières oeuvres succédèrent des notes sentimentales plus alanguies.

L’oeuvre de Crivelli est complexe car elle assemble plusieurs éléments de son époque sans s’arrêter sur un seul et conjugue des formes gothiques, byzantines ou renaissantes. C’est pourquoi il est difficile de classer le peintre dans un école autre que la sienne et de le situer dans la chronologie linéaire utilisée habituellement par les historiens de l’art.

Paulus, Johannes Chrystostomus and Basilius - Author: Carlo Crivelli

Lien externe

Publicités