Étiquettes

Villacidro

Je ne comprends pas vraiment pourquoi la série « Turismo » des Poste Italiane a émis un timbre sur Villacidro, sachant qu’il n’y a en pas sur d’autres lieux beaucoup plus représentatifs de la culture ou du paysage sarde. Peut-être simplement parce que, selon Wikipédia, « Villacidro est l’un des exemples les plus significatifs de l’adaptation d’une agglomération à la morphologie de sa région. » Pourtant, lorsque je regarde les photos de Villacidro, je ne vois qu’une bourgade nichée à l’embouchure d’une vallée et qui s’étale en éventail dans le sens de la pente, en direction de la plaine du Campidano.

santa-barbara-author: www-parrocchiasantabarbara-it

Toujours en explorant les photos amateurs, je remarque dans le centre historique un élégant campanile attaché à l’église Santa Barbara. Il date du XVIIe siècle et fut construit lors de la rénovation de l’église ordonnée par l’archevêque de Cagliari, Pietro Vico. Un autre édifice attire l’attention: le lavoir public réalisé en 1893 dans le pur style Liberty. Il comporte trente-six bassins, d’une capacité d’un quart de m³ chacun, sous un toit soutenu par vingt-deux colonnes en fonte et décoré de motifs en fer forgé. C’est l’un des rares exemples restants d’une telle architecture en Sardaigne, le Vieux Marché de Cagliari construit à la même époque et dans le même style ayant été détruit dans les années 1950. Au centre des bassins, une fontaine à cinq becs est décorée de deux lions et de deux petites sirènes en marbre composite.

Lavatoio - Author: www.lacostaverde.it

Une curiosité unique que présente Villacidro est le Musée de la Pharmacie ouvert en 1988 par Ignazio Fanni dans une ancienne pharmacie fondée en 1905. La visite présente une occasion rare de connaître l’histoire et l’évolution de la pharmacie en Sardaigne. Fanni a soigneusement reconstitué l’environnement du début du siècle, avec le comptoir de vente, les étagères en bois dotées de vitrages, les bouteilles en verre et les pots en céramique, ainsi qu’un laboratoire pour les préparations galéniques. Il a également constitué une impressionnante collection d’instruments médicaux, de produits pharmaceutiques et de publications de médecine et de pharmacie qui remontent au XVIe siècle. Les collections auraient été beaucoup plus importantes si un attentat n’avait pas détruit une grande partie de la pharmacie le 15 août 1945.

Villacidro est la ville d’origine de l’écrivain Giuseppe Dessì. Il y passa son enfance au début du XXe siècle et sa maison fut transformée en musée avec les quelques 5 000 volumes donnés par ses héritiers. On trouve également plusieurs centaines de livres rares et anciens, ainsi que de nombreux manuscrits. Par ailleurs, le musée expose environ quatre-vingt tableaux peints par l’écrivain et beaucoup de ses objets personnels, comme sa machine à écrire et sa collection de pipes. Dans l’ensemble, la Fondation Dessì dispose d’un patrimoine de plus de vingt mille volumes et objets.

Dans les alentours de la ville, quelques cascades nichées entre les rochers de granit et la végétation luxuriante attirent les touristes autant locaux qu’étrangers. La plus célèbre d’entre elles est la Sa Spendula dont la beauté fut chanté par Gabriele d’Annunzio dans un sonnet paru en 1882 dans la revue Il Capitan Fracassa.

L’histoire de Villacidro ne présente aucun élément particulier, si ce n’est que, pendant la Seconde Guerre mondiale, un aéroport militaire auxiliaire fut installé près de la ville. En dehors des attaques traditionnelles sur la flotte britannique dont je vous fais grâce, les officiers italiens innovèrent un système d’attaque insolite. En août 1942, le général de l’armée de l’air Ferdinando Raffaelli conçut l’idée d’un bombardier télécommandé par un autre avion, privé d’équipage et destiné à s’écraser contre les navires ennemis. Cette solution présentait de nombreux avantages, entre autres de ne plus mettre en péril la vie des pilotes, de ne charger que la moitié du carburant et, par conséquent, de transporter un plus grand poids d’explosif. La première mission, le 12 août, échoua à cause d’un problème technique et l’avion s’écrasa sur les pentes du Petit Atlas, au-delà des frontières tunisiennes. Les autorités françaises locales cherchèrent en vain les cadavres des pilotes italiens.

Villacidro - Author: NordNordWest

Lien externe

Advertisements