Mots-clefs

Alghero

Dans l’Antiquité, la région d’Alghero fut habitée par les Phéniciens et les Romains, mais sans une réelle présence permanente ou stable. Ce n’est qu’au début du XIIe siècle que le bourg fut fondé par la famille Doria de Gênes, sur un promontoire aux hautes falaises qui le rendait pratiquement inaccessible. De plus, ses fonds dangereux ne permettaient pas aux bateaux, même de taille moyenne, de s’approcher suffisamment pour tirer des coups de canon. Dès le XIIIe siècle, des fortifications furent érigées côté terre suite à l’expansion de la ville et Alghero connut deux siècles de prospérité sous la domination des Doria.

Suite à la grande peste noire de 1347, quelques survivants de la famille Doria vendirent en 1350 le fief d’Alghero au roi d’Aragon, Pierre IV, alors que d’autres le cédèrent en 1353 à la république de Gênes. S’en suivit un affrontement de plusieurs mois entre les deux puissances qui se termina par la victoire, le 22 juin 1354, des Aragonais. Les habitants, qui leur avait imposé une dure résistance, en payèrent le prix fort: ils furent expulsés massivement et emmenés comme esclaves en Espagne et dans les îles Baléares.

alghero - Author: Mentefredda Srl

Alghero fut alors repeuplée uniquement de colons catalans, ce qui explique que de nos jours, elle conserve encore la langue et les traditions de la péninsule ibérique avec laquelle elle entretient toujours des rapports d’échange importants. Mis à part une petite période dans la seconde moitié du XIVe siècle où Eléonore d’Arborée et son mari, Brancaleone Doria, réussirent à reprendre le pouvoir, Alghero resta sous la domination aragonaise jusqu’en 1718. La ville prospéra et, en 1501, elle reçut le titre de cité royale.

En 1718, la Sardaigne passa aux mains de la Maison de Savoie, mais ce changement politique n’apporta aucune modification aux traditions culturelle et linguistique d’Alghero. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la ville fut bombardée et son centre historique subit de lourds dommages.

Alghero fortifications - Author: Stahlkocher

Depuis les années 1960, Alghero connaît un fort essor touristique grâce à la richesse de son patrimoine culturel et à la beauté de ses paysages. Une de ses particularités est d’avoir conservé 70% de ses bastions et de ses tours. Il reste encore quelques vestiges des fortifications du XIIIe siècle, mais celles que l’on voit aujourd’hui datent du XVe siècle et furent construites sur la volonté du roi Ferdinand II d’Aragon qui, compte tenu du mauvais état des structures défensives de l’époque, en ordonna la reconstruction. La ville présente aussi la caractéristique d’avoir été une ville seigneuriale avec de nombreux palais particuliers, de vastes églises de style gothique catalan aux coupoles ornées de mosaïques et plusieurs musées et théâtres.

Malgré l’augmentation du touriste et l’exposition de la population à la langue de Dante, 22% des 40 000 habitants parlent encore l’alghérois et 90% le comprennent. Malheureusement, les statistiques tombent à 12% chez les jeunes, raison pour laquelle cette variante sarde du catalan est considérée en danger par l’UNESCO. Le ministère de l’Education a, en conséquence, décidé d’instaurer le bilinguisme à l’école primaire depuis la rentrée scolaire 2012-2013.

La Semaine sainte est la manifestation religieuse la plus importante d’Alghero. La quasi-totalité de la population participe aux célébrations qui sont rythmées selon un calendrier extrêmement détaillé.

Alghero a une tradition culinaire aux saveurs locales. Le poisson frais est l’ingrédient de base, dont la fameuse langouste et les oursins de mer. Par ailleurs, la ville étant entourée de vignes, elle propose quelques grands vins comme le Torbato et le Vermentino.

Alghero - Author: NordNordWest

Lien externe

Publicités