Mots-clefs

San Paolo fuori le mura

Après l’exécution de Paul de Tarse, vers 67 de notre ère, son sarcophage fut enterré dans la propriété appartenant à une jeune chrétienne, Lucina, et située à l’extérieur du mur d’Aurélien. Sa tombe étant celle d’un citoyen romain, elle n’avait pas à être cachée et elle devint rapidement un lieu de vénération. Lorsque les chrétiens cessèrent d’être persécutés sous l’empereur Constantin Ier, ce dernier fit construire une petite église sur le mausolée, consacrée le 18 novembre 324 par le pape Sylvestre.

Quelques années plus tard, en 386, l’empereur Théodose Ier commença la construction d’une basilique plus vaste et plus magnifique, selon un plan à cinq nefs s’ouvrant sur quatre portails. Les travaux ne furent terminés qu’au milieu du Ve siècle par le pape qui fit apposer les magnifiques mosaïques sur l’arc triomphal et conçut une longue série de médaillons en mosaïques le long de la nef et du transept représentant les grandes figures chrétiennes de l’histoire. A cette époque, la basilique était plus grande que l’ancienne basilique Saint-Pierre. Comme elle avait été consacrée par le pape Sirice à la fin du IVe siècle et dédiée à saint Paul et à saints Taurinus et Herculanus, martyrs d’Ostia, elle fut appelée basilique Trium Dominorum.

Paolo_fuori_leMura - Author: Fczarnowski

La basilique subit de nombreux ajouts pendant les siècles qui suivirent. Au début du VIe siècle, le pape Symmaque fit construire des habitacula pour loger les pèlerins les plus pauvres. Sous le pape Grégoire Ier, au début du VIIe siècle, la basilique fut largement modifiée. Le sol fut surélevé pour pouvoir placer le maître-autel directement au-dessus de la tombe de saint Paul et une confession fut construite devant afin d’y avoir accès. Au début du VIIIe, comme la basilique n’était pas entretenue et menaçait de tomber en ruines, le pape Grégoire II assura une présence stable de moines bénédictins en rétablissant deux monastères abandonnés proches de la basilique. Et après le tremblement de terre de 801, le pape Léon III fit poser le premier pavement en marbre.

A cause de sa situation à l’extérieur du mur d’Aurélien, la basilique fut saccagée une première fois par les Lombards en 739, puis une seconde fois en 847 par les Sarrasins. Pour la protéger, Jean VIII ordonna la construction d’une enceinte fortifiée, autour de laquelle se forma un bourg appelé Giovannipoli, aujourd’hui disparu, car il fut complètement détruit lors du tremblement de terre de 1348.

En 937, lorsque Odon de Cluny vint à Rome, le patricien de Rome Albéric II de Spolète confia le monastère et la basilique à sa congrégation. Au XIe siécle, le pape Grégoire VII accepta d’un riche marchand d’Amalfi le don d’une splendide porte en bronze composée de 54 panneaux gravés en damasquinage d’argent et réalisée par des artistes de Constantinople. Par ailleurs, il fit ériger un campanile, malheureusement détruit au début du XIXe siècle.

SPaolo - Author: tango7174

Au XIIIe siècle, le pape Innocent III fit recomposer la grande mosaïque de l’abside telle qu’elle se présente aujourd’hui. Le pape Honorius III compléta l’équipe des mosaïstes par des artistes vénitiens qui avaient oeuvré à la basilique Saint-Marc de Venise. En outre, les XIIe et XIIIe siècles virent l’ajout de nombreux apports artistiques, tels que le cloître de Pietro Vassaletto, le baldaquin gothique d’Arnolfo di Cambio au-dessus du maître-autel et l’ornementation de la façade par Pietro Cavallini. Une pièce maîtresse de la basilique est le monumental candélabre pascal de Nicola d’Angelo et Pietro Vassalletto. Parmi tous ceux qui sont parvenus jusqu’à nous, c’est le premier et l’un des rares qui fut décoré de sculptures historiées qui illustrent le cycle pascal avec les scènes de la Passion et de la Résurrection. Ainsi, la basilique devint non seulement un haut-lieu de pèlerinage, mais aussi un écrin pour les arts paléochrétiens, byzantins et gothiques.

reggicandela - Author: antmoose

Au XVe siècle, le pape Martin V donna à Saint-Paul-hors-les-Murs le statut d’abbaye territoriale dépendante de l’abbaye de Montecassino, dont le territoire s’étendait sur les paroisses de Civitella San Paolo, Leprignano et Nazzano.

BasilicaSanPaoloAfterFire - Author: Luigi Rossini

Le 15 juillet 1823, un incendie se déclara dans la basilique. En quelques heures, les flammes détruisirent la basilique vieille de 1 437 ans. Le pape Léon XII lança un appel à tous les fidèles: la basilique sera reconstruite à l’identique, réemployant les éléments épargnés, afin que soit préservée l’expérience chrétienne des origines. Non seulement tous les catholiques y répondirent en masse, mais aussi le tsar Nicolas Ier, le roi Fouad Ier d’Egypte et le vice-roi d’Egypte Mohamed Ali. Le projet de l’architecte Giuseppe Valadier fut retenu par le Vatican, mais la Commission pour la reconstruction confia les travaux à Pasquale Belli. Le chantier fut le plus grand de l’Eglise au XIXe siècle et la nouvelle basilique fut consacrée par le pape Pie IX le 10 décembre 1854 pour la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception. Les travaux continuèrent néanmoins jusqu’en 1874, lorsque furent posées les mosaïques de la façade. En 1928, le quadrilatère de 146 colonnes devant la façade principale fut ajouté, avec en son centre, une statue colossale de saint Paul.

San Paolo fuori le mura02

La porte principale datant du XXe siècle contient des vestiges de la porte byzantine originale du XIe siècle. A sa droite, la Porte sainte en bronze doré fut sculptée par Enrico Manfrini et placée à l’occasion du Jubilée de 2000. La nouvelle basilique fut construite sur le plan paléochréthien à cinq nefs conçut par Théodose Ier. Elle mesure 131 mètres de long, 65 de large et 29 de haut, la seconde plus grande basilique après Saint-Pierre du Vatican. Les mosaïques de l’abside et de l’arc triomphal, ainsi que le baldaquin, la confession et le candélabre sont tout ce qui reste de l’ancienne basilique. Les 80 colonnes de la nef et les décorations en stuc datent du XIXe siècle. Les mosaïques de la nef représentant les papes furent détruites par le feu. Celles que l’on voit actuellement datent du XIXe siècle et la légende raconte qu’une fois que tous les médaillons de la frise seront remplis, le temps de l’Eglise prendra fin. Avec l’arrivée du nouveau pape François, il n’en reste plus qu’un de vide.

Cloitre - Author: W.W.Thaler

Le cloître de Vassalletto du XIIe siècle fut épargné par les flammes. Il est considéré comme l’un des plus beaux du monde, avec sa double rangée de colonnes de formes différentes. Certaines colonnes sont torsadées et ont des incrustations de mosaïques en verres colorés.

En 2006, une partie du sarcophage de saint Paul fut dégagée, montrant le côté portant l’inscription « Paulo apostolo mart ». En 2009, Les archéologues du Vatican pratiquèrent une perforation dans le marbre blanc et réussirent à prélever des traces d’un tissu précieux en lin coloré de pourpre, laminé d’or fin, et d’un tissu de couleur bleu avec des filaments de lin. Ils relevèrent également la présence de grains d’encens rouge, de substances protéiques et calcaires et de fragments d’os, qui furent soumis à l’examen du carbone 14 par des experts ignorant leur provenance. Ceux-ci conclurent qu’il s’agissait d’ossements appartenant à une personne ayant vécu entre le Ier et le IIe siècle.

En 2005, le pape Benoît XVI ordonna que Saint-Paul-hors-les-Murs soit sous contrôle d’un cardinal archiprêtre, comme les trois autres basiliques majeures, Saint-Pierre du Vatican, Sainte-Marie-Majeure et Saint-Jean-de-Latran.

Roma - Author: NordNordWestLien externe

Publicités