Mots-clefs

San Paolo di Tarso

Paul naquit à Tarse en Cilicie, juste après le Christ en 5 de notre ère, sous le nom juif de Saul, dans une famille de stricte observance pharisienne. Ses parents étaient citoyens romains. Jeune homme, Paul se rendit à Jérusalem pour devenir un élève de Rabban Gamaliel, une haute autorité du judaïsme pharisien et un Sage de la Mishna (ensemble des lois juives). Il étudia le grec classique, l’hébreu, l’araméen et le grec koiné qui servait de langue véhiculaire dans tout l’Empire romain et il reçut une éducation classique, fortement influencée par la philosophie stoïcienne.

On ne sait pas grand-chose de ses premières années d’adulte, si ce n’est qu’il participa à la persécution des disciples de Jésus et qu’il approuva en 35 la lapidation d’Etienne, le protomartyr qui est à l’origine du culte des saints. Dans les Actes des apôtres, chapitre 8:3, il est dit: « Quant à Saul, il ravageait l’église; il pénétrait dans les maisons, en arrachait hommes et femmes et les jetait en prison. » Dans sa lettre aux Galates (1:13-14), Paul avoue: « Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l’Eglise de Dieu, et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. »

Apparition - Author Caravaggio

Le chapitre 9 des Actes des apôtres nous explique la conversion de Saul. Alors qu’il faisait route vers Damas avec des lettres pour les synagogues afin qu’il puisse ramener à Jérusalem les adeptes du Christ, il fut aveuglé par une puissante clarté. « Tombant à terre, il entendit une voix qui lui disait : « Saoul, Saoul, pourquoi me persécutes-tu ? » « Qui es-tu, Seigneur ? » demanda-t-il. Et lui : « Je suis Jésus que tu persécutes. Mais relève-toi, entre dans la ville, et l’on te dira ce que tu dois faire. » Saul se releva de terre, mais, quoiqu’il eût les yeux ouverts, il ne voyait rien. On le conduisit par la main pour le faire entrer à Damas. Trois jours durant, il resta sans voir, ne mangeant et ne buvant rien. »

Conversion - Author: Pietro da Cortona

Jésus, alors, apparut à un disciple du nom d’Ananie, il lui demanda d’aller rendre visite à Saul et de lui imposer les mains pour lui rendre la vie. « Alors Ananie partit, entra dans la maison, imposa les mains à Saul et lui dit : « Saoul, mon frère, celui qui m’envoie, c’est le Seigneur, ce Jésus qui t’est apparu sur le chemin par où tu venais; et c’est afin que tu recouvres la vue et sois rempli de l’Esprit Saint. » Aussitôt il lui tomba des yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Sur-le-champ il fut baptisé; puis il prit de la nourriture, et les forces lui revinrent. Il passa quelques jours avec les disciples à Damas, et aussitôt il se mit à prêcher Jésus dans les synagogues, proclamant qu’il est le Fils de Dieu. Tous ceux qui l’entendaient étaient stupéfaits et disaient : « N’est-ce pas là celui qui, à Jérusalem, s’acharnait sur ceux qui invoquent ce nom, et n’est-il pas venu ici tout exprès pour les amener enchaînés aux grands prêtres ? » Mais Saul gagnait toujours en force et confondait les juifs de Damas en démontrant que Jésus est bien le Christ. »

Paul ne raconta pas cet épisode dans sa lettre aux Galates, mais il mentionna (1:16): « un jour, il a trouvé bon de mettre en moi la révélation de son Fils, pour que moi, je l’annonce parmi les nations païennes. »

Ce qui est remarquable à propos de cette conversion, c’est l’évolution qui dut avoir lieu dans la pensée de Paul. Il dut changer son concept de qui était le Messie et, surtout, sa conception de la supériorité ethnique du peuple juif. En effet, dans ses écrits, il critique fortement la revendication de supériorité morale des Juifs (tout en maintenant la notion que les Enfants d’Israël méritent une place spéciale et que Dieu est fidèle à sa promesse faite à Israël).

A partir de sa conversion, Saul est mentionné dans la Bible comme étant Paul, un nom plus approprié dans la communauté des chrétiens à laquelle il appartenait désormais. Il séjourna quelque temps à Damas, puis voyagea en Arabie (peut-être au Mont Sinaï), à Jérusalem, où il séjourna chez l’apôtre Pierre et rencontra l’apôtre Jacques, et à Tarse, avant d’être invité à Antioche par l’apôtre Barnabé qui semble avoir grandement contribué à mettre Paul en liaison avec les chrétiens de la ville et aussi, peut-être, avec ceux de Jérusalem. Paul fut bien accepté par les « colonnes » de la communauté jérusalémite, Pierre, Jacques et l’apôtre Jean, qui lui accordèrent la grâce de l’apostolat.

Paolo_1_viaggio - copyright free

Vers 45, en compagnie de Barnabé, Paul fit un voyage à Chypre, puis en Galatie, pendant lequel se développa sa vocation missionnaire.  De manière générale, les deux hommes furent bien accueillis, même si leurs propos dans les synagogues sur l’annonce du salut et la résurrection de Jésus furent souvent contestés.

Suite à ce premier voyage missionnaire, Jacques réunit apôtres et anciens, et organisa en 48 à Jérusalem le Concile des apôtres pendant lequel fut discutée la célèbre controverse: la foi en Jésus était-elle suffisante pour être sauvé ou devait-on en plus observer les règles traditionnelles du judaïsme? Les nouveaux chrétiens se départageait alors en trois groupes nettement distincts: les juifs de Palestine, les juifs de la Diaspora et les païens, auxquels s’ajoutaient les païens déjà acquis à la foi juive au moment de leur contact avec la prédication chrétienne. Les judéo-chrétiens, en particulier les pharisiens, soutenaient la stricte observance de la Loi, y compris la circoncision, en d’autres termes qu’il fallait d’abord être juif avant d’entrer dans la communauté. Pierre répondit à leurs arguments en leur exposant comment les nations païennes étaient devenues croyantes en entendant de sa bouche la parole de l’Evangile et Jacques fut d’avis « qu’on ne crée pas de difficultés à ceux des païens qui se convertissent à Dieu (Actes 15:19).

Quant à Paul, dans son Epître aux Galates écrite lors de son voyage, il avait abordé un point fondamental de la théologie chrétienne, la justification par la foi, et selon lui, ce n’était pas par les oeuvres de la loi que l’homme était justifié, mais par la foi en Jésus-Christ (2:16). C’est donc Paul qui ouvrit au monde entier l’universalité du message du Christ et de la foi. Il s’adressait à tous et l’accès à la justification par la foi était le même pour tous. En conséquence, l’observance tatillonne de la Loi n’avait plus d’intérêt.

Paul de Tarse - Author: Bartolomeo Montagna

A la fin du Concile de Jérusalem, les apôtres reconnurent la vocation missionnaire de Pierre pour les circoncis, et de Paul pour les incirconcis. Le champ missionnaire fut ainsi partagé: les « colonnes » de l’Eglise – Jacques, Pierre et Jean – évangéliseront les juifs, et Paul et Barnabé, les païens. Un incident néanmoins sépara Paul de la communauté chrétienne d’Antioche et de celle de Jérusalem. Le compromis décidé à Jérusalem préservait l’existence des communautés mixtes, tout en refusant la pleine communion entre circoncis et incirconcis. Un chrétien juif circoncis, par exemple, ne pouvait pas s’asseoir à la table d’un chrétien païen sans encourir un risque d’impureté. Paul rejeta ce compromis avec indignation. Un jour que Pierre mangeait avec des chrétiens païens, il se retira de table à l’arrivée de chrétiens juifs envoyés par Jacques de Jérusalem. Paul s’en prit à lui et lui dit devant tous: « Si toi qui es juif, tu vis comme les païens, et non comme les juifs, pourquoi obliges-tu les païens à judaïser? » (Galates 2:14). La rupture avec Jacques et les chrétiens de Jérusalem fut immédiate, Pierre et Barnabé, d’abord hésitants, se rallièrent à Jacques, suivis par les chrétiens d’Antioche. Seul le disciple Silas resta fidèle à Paul.

Paolo_2_viaggio - copyright free

En 50, Paul et Silas firent un deuxième voyage missionnaire qui les emmena en Phrygie, en Galatie et en Mysie. De Troie, ils s’embarquèrent pour la Macédoine, puis voyagèrent jusqu’à Athènes et à Corinthe. Le retour à Antioche se fit par Ephèse et Césarée. Durant le voyage, Paul réussit un certain nombre de conversions, dont la plus célèbre est certainement celle du couple Priscille et Aquila qui devinrent eux-même missionnaires, et fonda plusieurs églises.

Paolo_3_viaggio - copyright free

Son troisième voyage en 53, similaire au deuxième, fut un voyage consacré à la consolidation de la foi et à l’enseignement aux fidèles. Le retour se fit par Jérusalem où il rendit compte de sa mission parmi les païens aux anciens. Mais dans cette capitale du judaïsme et devant l’Eglise de Jérusalem que présidait Jacques, il lui fut demandé de se purifier au Temple, afin de prouver qu’il observait bien la Loi. Il accepta, mais personne ne sait exactement ce qui s’y passa, car il fut arrêté. Jacques et les anciens ne firent rien pour lui venir en aide et il fut emprisonné dans la forteresse de Jérusalem. A la suite d’un complot de zélateurs juifs visant à le tuer, il fut transféré à Césarée où il fut mis en procès devant le procurateur Antonius Felix. Ce dernier ne statua pas sur son cas et le garda prisonnier jusqu’à l’arrivée de son successeur, Porcius Festus, deux ans plus tard. Finalement, Paul fit appel à César, en tant que citoyen romain, et il fut envoyé à Rome pour y être jugé.

Le voyage fut terrifiant et le navire erra quinze jours entre la Crète et Malte où les 277 passagers firent naufrage. Ils furent très bien accueillis par les indigènes et par Publius, le premier martyr et saint maltais. Le chapitre 28 des Actes raconte que Paul fut mordu par une vipère en faisant du feu, mais qu’il n’en ressentit aucun mal. Ses compagnons le considérèrent dès lors comme un dieu. Plus tard, il guérit plusieurs malades, dont le père de Publius. Lorsque l’expédition fut prête à partir, les indigènes fournirent à l’équipage tout ce dont il avait besoin.

Le voyage continua par Syracuse, Reggio, puis Pouzzoles où ils débarquèrent et furent accueillis par des frères auxquels Paul n’était pas inconnu, car ils avaient lu son Epître aux Romains. Paul arriva à Rome en 61 pour y être jugé et fut assigné à résidence près du Tibre (l’actuel quartier juif). Il y vécut confortablement pendant deux ans, occupé à évangéliser et à écrire (treize épîtres du Nouveau Testament lui sont attribuées). Le procès finit par s’éteindre de lui-même, faute d’accusateurs, mais après le grand incendie de 64, l’empereur Néron l’accusa d’être le chef d’une bande de rébellion et le fit arrêter. Il fut condamné à la décapitation qui eut lieu, vers 67, hors du mur d’Aurélien, sur la via Ostiense.

Décapitation - Author: Enrique Simonet

Son corps fut déposé dans un tombeau sur la propriété de la chrétienne Lucina. Sa tombe étant celle d’un citoyen romain, elle n’avait pas à être cachée et elle devint rapidement un lieu de vénération. Lorsque les chrétiens cessèrent d’être persécutés sous l’empereur Constantin Ier, ce dernier fit construire une église sur sa tombe, consacrée le 18 novembre 324 par le pape Sylvestre. En 386, l’empereur Théodose Ier remplaça l’église par une basilique beaucoup plus vaste: Saint-Paul-hors-les-Murs.

En 2009, le pape Benoît XVI fit pratiquer une perforation dans un sarcophage en marbre blanc, portant sur le côté l’inscription « Paulo apostolo mart » et situé sous le maître-autel. Les archéologues du Vatican réussirent à y prélever des traces d’un tissu précieux en lin coloré de pourpre, laminé d’or fin, et d’un tissu de couleur bleu avec des filaments de lin.  Ils relevèrent également la présence de grains d’encens rouge, de substances protéiques et calcaires et de fragments d’os, qui furent soumis à l’examen du carbone 14 par des experts ignorant leur provenance. Ceux-ci conclurent qu’il s’agissait d’ossements appartenant à une personne ayant vécu entre le Ier et le IIe siècle.

Saint_Paul - Author: Andrej RublëvLien externe

Publicités