Étiquettes

,

Villa d'Este - Tivoli

Le cardinal Hippolyte II d’Este naquit en 1509. Il était le deuxième fils d’Alphonse Ier d’Este et de Lucrèce Borgia, la fille naturelle du pape Alexandre VI, et le neveu du cardinal Hippolyte Ier d’Este. Son frère Hercule héritant du titre de duc de Ferrare, le jeune Hippolyte II fut destiné aux ordres. A l’âge de 10 ans, son oncle lui céda le siège archiépiscopal de Milan et, le 20 mai 1519, il reçut l’investiture épiscopale du pape Léon X. Afin d’en faire non seulement un haut dignitaire ecclésiastique, mais aussi un excellent diplomate, son père lui donna la même éducation humaniste que son frère. Très jeune, Hippolyte mena une vie joyeuse et licencieuse et éprouva une passion pour les arts, en particulier les arts antiques.

A la fin des années 1520, Hercule l’envoya en France où Hippolyte déploya ses talents de diplomate pour obtenir le soutien du roi François Ier dans son désir d’être nommé cardinal. L’opération fut longue et complexe, jusqu’à ce que finalement il soit créé cardinal par le pape Paul III le 5 mars 1539. Il resta alors en France pour servir le roi dans de nombreuses missions diplomatiques à Venise et à Rome.

A la mort de Paul III en 1549, soutenu par les Français, Hippolyte mit tout en oeuvre pour se faire élire sur le trône de saint Pierre, tant pour satisfaire sa soif de pouvoir que pour réserver une gloire éternelle à sa famille qui n’avait pas encore donné de pape à l’Eglise. Les cardinaux du conclave étaient divisés en trois factions dont aucune ne put imposer son favori. Ce fut finalement le cardinal Giovanni Maria Ciocchi del Monte qui fut élu sous le nom de Jules III.

Déçu, Hippolyte décida de se retirer de la vie politique. Le nouveau pape le nomma gouverneur de Tivoli où il arriva le 9 septembre 1550. La résidence officielle qui lui fut assignée, une partie du monastère de l’Eglise Santa Maria Maggiore, ne lui convint pas et il décida alors de bâtir à sa place une splendide villa qui devait servir de pendant au palais qu’il faisait construire dans le même temps à Monte Giordano à Rome.

Tivoli_villa_d'este_1575 - Copyright free

Il s’attacha les services de l’architecte maniériste Pirro Ligorio qui menait depuis 1549 les fouilles de la villa d’Hadrien toute proche et qui conçut les plans. Il fallut un peu plus d’une dizaine d’années au cardinal pour acheter les terrains et les bâtiments nécessaires à la réalisation. Entre 1563 et 1565, le terrain fut remodelé pour créer une pente raide qui descendait de l’ancien monastère et une autre, plus douce, au nord-est. Une terrasse fut formée au sud-ouest, soutenue par l’ancien mur de la ville. Dans le même temps, un conduit souterrain fut creusé sous la ville pour capter les eaux de l’Aniene et assurer l’alimentation des nombreuses fontaines planifiées.

Le chantier fut confié à Alberto Galvani, l’architecte en titre de la famille d’Este, qui s’entoura des meilleurs artistes de l’époque pour la décoration: Livio Agresti, Federico Zuccari, Durante Alberti, Girolamo Muziano, Cesare Nebbia et Antonio Tempesta. Beaucoup des matériaux utilisés (marbres et statues) furent extraits des ruines de la villa d’Hadrien. Le cardinal demanda même l’autorisation de prendre le revêtement en travertin de la tombe de Cecilia Metella sur la via Appia, mais elle lui fut refusée par Rome. Les fontaines furent réalisées avec l’aide de l’éminent ingénieur hydraulicien Tommaso Ghinucci qui avait conçu les éléments aquatiques du parc de la villa Lante près de Viterbe.

Cento fontane - Author: MarkusMark

Même si ni la villa, ni le parc n’étaient finis, Hippolyte inaugura officiellement la villa en septembre 1572 en présence du pape Grégoire XIII. En décembre de la même année, il mourut après une courte maladie. Son domaine passa à son neveu, le cardinal Luigi d’Este, dont les moyens ne permirent que de compléter les ouvrages déjà commencés et de faire quelques travaux d’entretien. En 1605, le domaine fut à nouveau sous la responsabilité d’un d’Este, le cardinal Alessandro, qui s’assura qu’il sorte du patrimoine du Collège cardinalice et devienne la propriété de la famille. Par ailleurs, Alessandro engagea un vaste programme de restaurations et apporta de nombreuses innovations dans l’agencement du jardin et la décoration des fontaines. Pendant la seconde moitié du XVIIe siècle, le cardinal Rinaldo d’Este entreprit d’autres modifications en faisant appel à de grands artistes comme Gian Lorenzo Bernini qui dessina la fontaine du Bicchierone.

A la mort de Rinaldo, pendant près de deux siècles, le domaine fut laissé à l’abandon. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que le cardinal Gustav Aldolf von Hohenlohe-Schillingsfürst, qui avait obtenu temporairement la villa des Autriche-Este, sauva la villa et les fontaines grâce à d’importants travaux de restauration. Entre 1867 et 1882, la villa devint un point de référence culturel fréquemment visité, entre autres par le musicien Franz Liszt qui composa en son honneur Les Jeux d’eau à la villa d’Este.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la propriété devint propriété de l’état italien qui entama d’importants travaux de restauration et l’ouvrit au public. Une autre série de restaurations fut réalisée après la Seconde Guerre mondiale pour réparer les dommages causés par les bombardements de 1944.

Loggia - Author: Lalupa

La villa est de forme irrégulière, car elle fut intégrée dans le monastère antérieur. Sa façade principale, qui donne sur les jardins, est un long corps de bâtiment interrompu par une élégante loggia centrale à deux niveaux et une rampe d’escalier qui conduit aux salles de réception. L’appartement d’Hippolyte se trouvait au-dessus, au niveau de l’élégant balcon qui couronne la loggia.

Fontana della Rometta - Author: MarkusMark

Pour les jardins, je vous propose de reprendre la description qu’en fait l’UNESCO sur son site:

« Les jardins de la villa d’Este occupent deux pentes escarpées qui descendent depuis le palais jusqu’à une terrasse plane, au niveau inférieur, à la manière de celles d’un théâtre. La loggia du palais marque l’axe central longitudinal du jardin. Cinq axes transversaux principaux sont en fait, vus depuis la villa, des axes majeurs, puisque chacun d’entre eux s’achève par l’une des grandes fontaines du jardin. Même si l’axe central s’arrête en retrait des Cent Fontaines, pour faire place à un réseau de sentiers diagonaux qui facilitent la remontée vers le palais, il demeure bien le principal axe visuel. Le premier axe transversal principal, qui longe la partie plane du jardin, les Peschiere , est formé d’une suite de trois bassins dont l’extrémité orientale est occupée par la fontana dell’Organo : de forme rectangulaire, celle-ci est composée de deux ordres surmontés par un fronton à double volute. L’orgue hydraulique construit par Claude Vénard s’inspire d’exemples de l’Antiquité ; il produit des sons par l’interaction de l’eau et de l’air. Derrière les Peschiere , deux escaliers mènent à la villa. Ces escaliers latéraux, les scalinate dei Bollori , de 1567, sont flanqués de deux hauts parapets couronnés de bassins d’où se déversent des torrents d’eau. Derrière le sentier transversal des Dragons, l’escalier central est divisé en volées de marches curvilignes autour de la fontana dei Draghi . Ce nymphée et son exèdre forment le véritable centre de cet ensemble. Quatre dragons ailés émergent du milieu d’un grand bassin ovale, crachant des jets d’eau. Le parapet est décoré de vases d’où l’eau jaillit également. L’allée des Cent Fontaines est formée de trois longs bassins superposés qui traversent le jardin dans toute sa largeur. »

Fontana dell'Ovato - Author: MarkusMark

« Toutefois, l’effet le plus saisissant est produit par la grande cascade tombant d’un cratère placé en hauteur au milieu de l’exèdre ; on pouvait y activer soudainement d’autres jets d’eau lorsque des passants insouciants se promenaient sous ses arcades. Derrière l’exèdre se trouve une colline artificielle, comportant trois niches contenant des statues de la sibylle de Tibur avec son fils Melicerte (1568) et des divinités fluviales Erculaneo et Anio. À l’ouest, son pendant est formé par la fontaine de Rome, la Rometta, construite en 1567-1570. »

Fontana del Bicchierone - Author: Lalupa

« La fontana del Bicchierone (fontaine du Grand Verre), construite sur un dessin du Bernin (1660-1661), a été ajoutée au décor de l’axe central longitudinal au XVIIe  siècle. Cette fontaine a la forme d’un calice dentelé, d’où part un haut jet d’eau qui retombe dans une coquille. C’est également au cours de cette période qu’une grande pergola qui se trouvait à l’origine à l’entrée de la villa fut remplacée par la rotonde des Cyprès (vers 1640), un espace circulaire doté de quatre petites fontaines et entouré de cyprès. »

Tivoli - Author: NordNordWestLien externe

Publicités