Étiquettes

Accademia di San LucaL’Accademia di San Luca est aux arts ce que l’Accademia dei Lincei est aux sciences. Fondée en 1593, à une époque où Rome était le grand foyer artistique de la péninsule favorisé par un important mécénat religieux, elle tire ses origines de l’Universitas picturae [ac] miniaturae, une corporation de peintres, d’enlumineurs et de ciseleurs fondée en 1478 par le pape Sixte IV et le peintre Melozzo da Forlì et dont le frontispice enluminé des statuts représentait saint Luc recevant les nouvelles « Règles de l’Art » de la part de quatre membres de l’université. Dans la tradition chrétienne, saint Luc, outre sa qualité de rédacteur du troisième évangile et des Actes des apôtres, passe pour le portraitiste de la Vierge et assume à ce titre le patronage des corporations de peintres. Au-dessus de l’autel de l’église San Luca all’Esquilino, premier siège de l’université, se trouvait le tableau de Raphaël Saint Luc peignant la Vierge.

San Luca - Author Raffaello

En 1577, le pape Grégoire XIII émit un bref apostolique transformant l’Universitas en Accademia delle Arti della Pittura, della Scultura e del Disegno, sur l’initiative du peintre Girolamo Muziano. Toutefois, la transformation réelle de la nouvelle institution fut graduelle et comprit d’abord le déménagement de l’université de l’église San Luca all’Esquilino, détruite en 1585, puis l’emménagement dans l’église Santa Martina sur le Forum romain en 1588. En 1593, le peintre Federico Zuccari fonda symboliquement l’académie et en devint le directeur, mais il fallut attendre 1607 pour que les status soient approuvés. La mission première de l’académie était d’élever le statut des peintres et des sculpteurs au-dessus de celui des simples artisans.

L’académie était sous le parrainage des papes. Au début du XVIIe siècle, le pape Urbain VIII lui accorda le droit de décider qui serait considéré comme un artiste à Rome, d’imposer les artistes et les marchands et de monopoliser toutes les commissions publiques des Etats pontificaux, ce qui fit dire à de nombreux critiques qu’elle avait le but apparent de donner aux artistes une formation supérieure, mais que son but véritable était d’assurer à l’Eglise le contrôle sur l’art.

Sous la direction de Pietro Berrettini en 1634, l’académie modifia ses statuts et élargit son parrainage aux architectes qui reçurent les mêmes droits que les peintres et les sculpteurs. A partir de 1705, son emblème fut un triangle équilatéral composé d’un pinceau, d’une règle et d’un compas afin d’exprimer l’égalité et l’unité de la peinture, de la sculpture et de l’architecture. L’emblème prit des formes différentes dans les siècles qui suivirent, mais il resta toujours fidèle à l’original. En 1934, il fut remplacé par un médaillon représentant saint Luc peignant la Vierge. Actuellement, le médaillon est devenu tout autant représentatif de l’académie que le triangle.

medaillon San Luca - Author: sailko

L’académie eut des directeurs qui furent des peintres prestigieux, tels Domenico Zampieri, Gian Lorenzo Bernini ou Giovanni Francesco Romanelli. Parmi ses membres émérites, on trouve Francesco Borromini, Antonio Canova, le Caravage, le Cavalier d’Arpin Giuseppe Cesari, Jean-Louis David, Giorgio de Chirico, Domenico Fontana, Pier Luigi Nervi, Giovanni Battista Piranesi, Nicolas Poussin et Diego Velázquez. Mais de nombreux artistes tout aussi renommés n’y furent jamais admis, ce qui provoqua la création d’écoles d’art alternatives qui s’opposèrent à sa manière de concevoir l’art, notamment l’école des Bamboccianti.

Au XVIIe siècle, l’académie fut le théâtre d’un célèbre débat qui opposa Andrea Sacchi à Berrettini où les deux artistes, partisans des deux styles qui dominaient la peinture à l’époque et que l’on appellent maintenant « classique » et « baroque », discutèrent des différences qui caractérisaient leurs oeuvres.

Le prestige de l’académie atteignit son apogée au XVIIIe siècle et obtint une reconnaissance internationale. En 1754, le pape Benoît XIV ouvrit l’Académie du nu, un premier niveau d’apprentissage dédié à la copie d’un modèle vivant. Jusqu’au XIXe siècle, l’institution maintint sa réputation grâce à son rôle fondamental dans l’enseignement du dessin, mais elle perdit une grande partie de son influence en 1873, après l’abolition de l’enseignement qui lui fut imposée par le gouvernement du royaume d’Italie nouvellement créé. Après avoir été une Accademia Insigne, puis une Accademia Pontificia, elle changea alors de nom pour devenir une Accademia Reale, puis en 1948, elle acquit son nom actuel.

Portraits - Author: Accademia San Luca

La collection artistique de l’académie est impressionnante, car depuis sa fondation, chaque membre est tenu d’offrir une oeuvre à l’institution dans l’optique de perpétuer sa mémoire. Les membres doivent également offrir un portrait. Ces œuvres sont présentées au Musée de l’Académie, situé à l’intérieur de Palazzo Carpegna, et comprennent quelques 500 portraits, de nombreuses sculptures et peintures, ainsi qu’une magnifique collection de dessins.

Les statuts furent mis à jour à plusieurs reprises au cours des siècles jusqu’à la dernière modification en 2005. L’article premier stipule: L’Académie nationale de Saint-Luc vise à promouvoir les arts et l’architecture, à honorer les mérites des artistes et savants en les élisant dans le corps académique et à travailler pour la valorisation et la promotion de l’art et de l’architecture italienne.

Liens externes

Advertisements