Étiquettes

Sancta Sanctorum

Du magnifique palais médiéval du Latran, dont Dante Alighieri disait qu’il était supérieur à toutes les réalisations humaines, il ne reste que le Triclinium Leoninum (un pan de la salle des banquets visible depuis la piazza San Giovanni in Laterano), la Scala Santa (les escaliers du prétoire de Jérusalem) et le Sancta Sanctorum (la chapelle privée des papes).

Lorsque le pape Clément V transféra le Saint-Siège à Avignon en 1309, le palais fut abandonné et, en 1586, le pape Sixte V le fit démolir pour le remplacer par l’actuel palais du Latran, beaucoup plus petit. Il décida cependant de préserver la chapelle et de la protéger en faisant construire un édifice qui accueillerait également la Scala Santa. L’architecte Domenico Fontana réussit à incorporer dans la façade latérale le Triclinium Leoninum et l’ensemble conserve ainsi les trois seuls vestiges de l’ancien palais.

Roma_scalasanta - Author: Warburg

La chapelle est mentionnée pour la première fois dans la biographie du pape Etienne III au VIIIe siècle. Elle fut dédiée à Saint-Laurent, mais à partir du XIIe siècle, elle fut appelée Sancta Sanctorum en raison du nombre et de l’importance des reliques qu’elle contenait. A cette époque, les clergés des basiliques Saint-Pierre et de Saint-Jean-de-Latran se livraient à une rivalité au sujet de la prépondérance de leur église et Saint-Pierre avait la préférence des pèlerins en raison de la présence du tombeau du saint. Pour rétablir l’équilibre, les évêques de Latran acquirent de prestigieuses reliques (forgées ou non), telles que l’Arche d’alliance, les Tables de la Loi, l’ombilic et le prépuce de l’enfant Jésus, ses sandales, le fauteuil sur lequel il s’était assis lors de la Cène, le bâton avec lequel il fut frappé à la tête et les têtes de saint Pierre et de saint Paul. La plupart furent perdues avec le temps et les autres transférées au Vatican.

Acheropita_lateranense - Author: antmooseCependant, il reste dans la chapelle la plus importante, une image acheiropoïète du Christ en gloire sur le trône, entouré d’un nimbe crucifère, dans une pose classique d’enseignement. Certains disent qu’elle aurait été produite tout de suite après l’Ascension du Christ, à la demande de Marie, par saint Luc. L’évangéliste s’y serait repris plusieurs fois, suivant les indications de Marie, jusqu’à ce qu’il obtienne son approbation. D’autres disent simplement qu’elle fut commencée par saint Luc et terminée par les anges. En réalité, l’image daterait du Ve ou VIIIe siècle. Elle est peinte sur bois, mais il ne reste que quelques traces visibles du travail original. Le visage actuel est peint sur un drap de soie que le pape Alexandre III fit poser par-dessus l’image sainte. Le pape Innocent III recouvrit plus tard le reste du corps d’une feuille d’argent travaillée et, au XVe siècle, des portes en argent furent ajoutées pour la protéger.

Cappella - Author: Gaspa

Elle est posée sur l’autel où étaient contenues les autres reliques et se trouve sous la loggia des Saints réalisée pendant le pontificat de Sixte V sous la direction des peintres Cesare Nebbia et Giovanni Guerra. La chapelle fut décorée par la famille Cosmati au XIIIe siècle. Les fresques représentent, au plafond, les quatre évangélistes, et sur les murs, le Christ sur le trône avec deux anges et les martyrs de Pierre, Paul, Etienne, Laurent, Agnès et Nicolas. Le linteau au-dessus de l’autel porte l’inscription Non est in toto sanctior orbe locus (Il n’est dans le monde entier un lieu plus sacré).

Roma - Author: NordNordWest

Lien externe

Advertisements