Mots-clefs

Castel sant'Angelo01

Le château Saint-Ange était à l’origine un mausolée, commencé en 130 par l’empereur Hadrien et achevé en 139 par l’empereur Antonin le Pieux. Le mausolée impérial, situé au nord du Champ de Mars, n’avait plus de place et les cendres du prédécesseur d’Hadrien, l’empereur Trajan, avaient dû être déposées dans la colonne qui porte son nom. Hadrien entreprit la construction du nouveau mausolée sur la rive droite du Tibre, selon le même modèle circulaire que le mausolée d’Auguste. En 134, il fit construire le pons Aelius (l’actuel pont Saint-Ange) pour relier le monument à la ville.

L’édifice est construit en briques sur une base carrée massive de 89 mètres de côté et 15 mètres de hauteur. Cette base supporte une rotonde massive en travertin recouvert de marbre de 64 mètres de diamètre et 21 mètres de haut, constituée de pièces rayonnantes. Au sommet, la chambre funéraire carrée était surmontée par un quadrige en bronze mené par l’empereur. Une rampe hélicoidale de 3 m de large et 125 de long monte à l’intérieur de la rotonde en faisant un tour complet.

Castel Sant'Angelo - copyright free

L’urne funéraire d’Hadrien y fut déposée en 139. Son épouse l’impératrice Sabine, son successeur Antonin, son fils adoptif l’empereur Lucius Aelius Verus, ainsi que tous les empereurs de la dynastie des Antonins et des Sévères jusqu’à l’empereur Caracalla y furent ensevelis.

Très vite, le bâtiment fut utilisé à des fins militaires et appelé castellum. En 401, il fut intégré à la muraille aurélienne par l’empereur Flavius Honorius, en tant que bastion avancé. Une grande partie du contenu des tombes et des décorations fut saccagée et les cendres dispersées par les pillards wisigoths du roi Alaric Ier lors de sac de Rome en 410. Les statues décoratives en bronze et en pierre furent utilisées comme projectiles de défense lorsque le roi des Ostrogoths Vitigès attaqua Rome en 537 et, en 547, le roi ostrogoth Totila l’inclut dans une structure fortifiée protégeant la rive droite.

Castel sant'Angelo02

La légende raconte que le pape Grégoire Ier aurait eu une vision de l’archange Michel au sommet du mausolée rengainant son épée pour signifier la fin de la peste de 590 et aurait donné au château son nom actuel. Pour commémorer l’événement, une statue d’ange coiffe l’ouvrage.

Au IXe siècle, suite à des pillages des Sarrasins dans la basilique Saint-Pierre, le pape Léon IV créa la Cité léonine en entourant de remparts la basilique et le quartier du Borgo, et en transformant le chateau en forteresse militaire et en prison. En 1277, le pape Nicolas III transféra une partie du Siège apostolique du palais du Latran au palais du Vatican et fit construire le passetto di Borgo sur les murailles qui reliaient le château à la basilique afin que les papes puissent circuler de l’un à l’autre sans danger.

Castel Sant'Angelo - Roma

Au début du Grand Schisme d’Occident, en 1378, la foule, furieuse contre la garnison française laissée au château par le pape Urbain V, démantela une grande partie de l’édifice, le laissant presque en ruine. Le pape Boniface IX le fit restaurer et y apporta plusieurs aménagements: il fit construire un pont-levis et une large rampe permettant le transport de vivres et de munitions; il fit creuser des meurtrières dans les murailles; et il aménagea des logements. A partir de ce moment, le château Saint-Ange fut inextricablement lié aux destins des papes qui s’en servirent comme refuge en cas de danger pour eux-mêmes, leur cour ou les trésors et les archives de l’Eglise.

Au cours des quatre siècles qui suivirent, plusieurs papes y apportèrent des modifications pour en faire une véritable forteresse, notamment Nicolas V (1447-1455) et Alexandre VI (1492-1503) qui y ajoutèrent des bastions et des tours selon les dernières techniques de fortification de l’époque. Ces aménagements permirent à Alexandre VI de s’y refugier lorsque Rome fut occupée par le roi de France Charles VIII en 1494 et à Clément VII d’y séjourner six mois, entre le terrible sac de Rome par les troupes de Charles III de Bourbon en juin 1527 et sa fuite à Orvieto en décembre.

Clement_VII_bathroom - Author: Jastrow

Le sac de Rome démontra l’utilité de transformer le chateau en palais pontifical. En 1525, Clément VII déjà y avait construit la fameuse salle de bains privée. En 1542, le pape Paul III fit rénover l’intérieur par les architectes Raffaello Sinibaldi da Montelupo et Antonio da Sangallo le Jeune. La décoration des pièces fut confiée à Perino del Vaga et Luzio Luzi da Todi. Pour commémorer l’apparition de l’ange qui marqua la fin de la peste de 590, Montelupo réalisa une magnifique sculpture en marbre de saint Michel qui fut placée au sommet de l’édifice. En 1753, elle fut déplacée dans une cour intérieure et remplacée par une statue similaire en bronze de Peter Anton von Verschaffelt.

Le château accueillit plusieurs prisonniers célèbres, entre autres le pape Benoît VI, le cardinal Giovanni Battista Orsini, l’orfèvre Benvenuto Cellini, le philosophe Giordano Bruno et l’aventurier Giuseppe Balsamo.

Sant'Angelo - Author: G.Lanting

Giacomo Puccini place sur les remparts du château le dernier acte de la Tosca: Cavaradossi, après avoir rêvé à son bonheur passé, est fusillé sur la terrasse par le peloton d’exécution et Floria Tosca, de désespoir, se jette du parapet dans le Tibre.

Après l’unification d’Italie, le château fut d’abord utilisé comme caserne, puis transformé en musée en 1906. Depuis 1925, il accueille le Museo Nazionale di Castel Sant’Angelo.

Roma - Author: NordNordWestLien externe

Publicités