Mots-clefs

La Fontana Antica (aussi appelée Fontana Greca) se trouve à Gallipoli, dans les Pouilles, et est la plus ancienne d’Italie. Les experts la datent du IIIe siècle av. J.-C, même si certains estiment qu’elle aurait été construite pendant la Renaissance.

Située juste à l’entrée du pont qui mène à la vieille ville, elle fait face au sud. Sa façade est divisée en trois parties par quatre caryatides. Les panneaux sont admirablement sculptés avec des mythes de Dircé, de Salmacis et de Byblis, trois femmes qui, aveuglées par leur passion, subirent une métamorphose en rapport avec l’eau.

  • Dircé, trompée par son maris Lycos et jalouse de la beauté d’Antiope, avait tourmenté cette dernière. Les fils d’Antiope l’attachèrent alors à un taureau sauvage qui la précipita sur des rochers. Les dieux eurent pitié d’elle et la transformèrent en une source qui coulait près de Thèbes.
  • La naïade Salmacis tomba éperdument amoureuse du fils de Hermès et d’Aphrodite, Hermaphrodite, alors qu’il se baignait dans un étang à Halicarnasse en Carie. Elle l’étreignit de force et supplia les dieux de ne jamais les séparer. Les dieux lui accordèrent sa demande et les deux amants ne formèrent plus qu’un corps, ni celui d’un homme, ni celui d’une femme, mais en même celui des deux. Hermaphrodite fit alors le voeu que tout homme se baignant dans cet étang se voie lui aussi doté d’attributs féminins.
  • Byblis, quant à elle, tomba amoureuse de son jumeau Caunos. Elle lui avoua son amour, mais il s’enfuit. Folle de douleur, Byblis erra jusqu’à ce qu’elle s’effondre en larmes en Anatolie. Les nymphes de Lélèges transformèrent alors ses larmes en un filet d’eau intarissable, puis Biblys fut changée en une source qui coule encore dans ces vallées.

Au-dessus des panneaux, un mot est inscrit: Zelotypiae (jalousie), Amoris (amour) et Erubescentia (honte), et une phrase latine illustre la morale de chaque mythe: pour Dircé, elle rappelle les dommages irrémédiables provoqués par l’adultère et la jalousie; pour Salmacis, elle met en évidence les tristes effets d’une passion amoureuse effrénée, qui le plus souvent alanguit le corps et l’âme au point de faire perdre tout dignité humaine; et pour Byblis, elle souligne le dégoût et la honte de l’amour contre nature.

Les quatre caryatides, terminées par un chapiteau corinthien, soutiennent une architrave décorée de motifs floraux et surmontée d’une frise qui représente quelques uns des travaux d’Hercule. L’eau est recueillie dans un grand bassin où les animaux pouvaient se désaltérer. Dans les années 1950, les habitants de la vieille ville, dont les maisons n’avaient pas l’eau courante, s’approvisionnaient directement depuis ce bassin.

La fontaine fut rénovée en 1560, ce qui provoque encore de nos jours des querelles d’experts quant à sa véritable date de construction. La façade arrière date de 1765 et fut construite pour consolider la façade originale. Elle est sculptée des blasons de Gallipoli et de Charles III de Bourbon.

Lien externe

Publicités