Étiquettes

A la suite de l’unité nationale et afin de promouvoir l’image de la deuxième plus grande ville de l’Italie méridionale, le maire de Palerme, Antonio di Starrabba Rudini, organisa en 1864 un concours international pour la création d’un opéra. Il reçut 35 projets (23 italiens et 12 étrangers) dont la qualité était tellement élevée que ce n’est qu’en 1868 que le choix du jury se porta finalement sur l’architecte palermitain, Giovan Battista Filippo Basile. La première pierre fut posée le 12 janvier 1875, mais des interruptions dues à quelques troubles politiques, retardèrent la construction. En plus, Basile mourut en 1891 et c’est son célèbre fils Ernesto qui reprit la direction du chantier. Finalement, le 16 mai 1897, l’opéra fut inauguré.

Le Grand-Théâtre Victor-Emmanuel, situé sur la Piazza Giuseppe Verdi, couvre 7 700 m² et est encore le troisième plus grand d’Europe, après le Palais Garnier à Paris et le Staatsoper de Vienne, à tel point que le roi Humbert Ier demanda maladroitement si Palerme avait besoin d’un théâtre aussi grand. Basile était inspiré par l’architecture sicilienne antique et classique et, par conséquent, l’extérieur fut conçu dans le style néo-classique en incorporant des éléments repris des temples grecs de Selinonte et Agrigente, mais aussi de bâtiments antiques comme les théâtres, les palais et les bains. La façade présente un splendide pronaos hexastyle corinthien construit sur un escalier monumental défendu par deux lions en bronze représentant les allégories de la tragédie et de l’art lyrique. Le bâtiment est surmonté par un immense dôme hémisphérique qui, par un système ingénieux de structure réticulaire métallique, permet de s’adapter aux variations de température.

Réalisé dans le style de la Renaissance tardive, l’auditorium était prévu pour 3 000 personnes, mais actuellement, avec les nouvelles normes de sécurité, il ne peut en accueillir que 1 350. Magnifique théâtre en fer à cheval, il offre six étages de loges autour d’une scène inclinée, dont l’acoustique est considérée comme parfaite. En 1974, l’opéra fut fermé pour rénovation, mais les dépassements de coûts, la corruption et les luttes politiques intestines ralentirent les travaux. Ce n’est que vingt-trois ans plus tard, quatre jours avant son centième anniversaire, le 12 mai 1997, qu’il rouvrit finalement ses portes.

En 1990, le théâtre accueillit certaines scènes du film Le Parrain III lorsque Michael Corleone assiste aux débuts de son fils dans la Cavalleria Rusticana de Pietro Mascagni.

Lien externe

Publicités