Mots-clefs

Le château Manfredonico se trouve sur un éperon rocheux à environ deux kilomètres de la ville de Mussomeli. Sur une position stratégique à 80 mètres de hauteur, il domine toute la région environnante. Il fut construit entre 1364 et 1367, par le seigneur Manfredi III Chiaramonte, sur les ruines d’un château arabe. En 1374, il était complètement terminé et meublé, car il accueillit le roi Federico III de Sicile avec sa suite. En 1549, il fut acheté par Don Cesare Lanza qui abolit la féodalité et promut Mussomeli au rang de comté. Le château fut transformé en prison pendant quelques années, puis abandonné. Trois siècles plus tard, en 1909, alors que certaines parties de l’intérieur commençaient à s’effondrer, le prince de Trabia, Pietro Lanza, le fit restaurer par l’architecte Ernesto Armò. Il fait partie aujourd’hui du patrimoine de Mussomeli.

La forteresse est délimitée par un mur d’enceinte irrégulier qui exploite au maximum tous les appuis possibles offerts par les rochers; de cette façon, la partie construite par l’homme se fond avec la structure de la roche. Grâce aux murs construits avec la pierre tirée de la roche, à la bonne qualité du mortier utilisé et aux nombreuses butées dans les arcs portants, le château a plutôt bien résisté aux intempéries pendant six siècles.

En plus de sa fonction d’habitation, le château possédait tous les éléments d’une forteresse militaire: des remparts, un pont-levis, une rampe pour les cavaliers, une salle de gardes, une chambre de torture, des cachots et une trappe qui précipitait les condamnés à leur mort. L’absence de douves est compensée par sa position imprenable sur la falaise.

La façade extérieure est massive, mais richement décorée de fenêtres, de murs crénelés et de deux tourelles. L’intérieur est un très bel exemple d’art gothique: plafonds voûtés, portes en arc brisé et fenêtres à meneaux. Les plus belles salles sont la chapelle, la chambre à coucher et la majestueuse salle des barons.

La nature froide et austère de la forteresse alimenta de nombreuses légendes locales. L’une d’elles a été racontée à l’ancien gardien du château par le fantôme d’un garde espagnol: un baron jaloux qui devait partir à la guerre avait décidé d’enfermer ses trois soeurs dans une des salles avec suffisamment de nourriture jusqu’à son retour. Malheureusement, le conflit s’éternisa et les trois jeunes femmes moururent de faim. La salle de leur calvaire porte maintenant le nom de saletta delle tre donne.

On dit aussi que la fille de Cesare Lanza, mariée à quatorze ans sur l’ordre de son père et délaissée par son époux, se tourna vers son ami d’enfance pour chercher consolation. Son père, l’ayant appris, la tua pour laver la tache faite à son honneur. Pris de remords, car rien ne prouve qu’un sentiment autre que l’amitié liait les deux jeunes gens, il se réfugia au château de Mussomeli et y vécut en ermite pour expier son crime. Depuis, le fantôme de la jeune femme hante les lieux à la recherche de son père et il n’est pas impossible de la voir prier dans la chapelle ou errer à travers les pièces.

Lien externe

Publicités