Étiquettes

Trieste possède une magnifique place ouverte sur la mer Adriatique. Datant originellement du XIIIe siècle, mais entièrement restructurée au XIXe siècle, elle porte très peu de traces de son passé.

Au XIIIe siècle, la Piazza San Pietro faisait la moitié de la superficie actuelle et était fermée à la mer par une muraille, des tours et des habitations. Elle devait son nom à une petite église qui se dressait à son bout. Elle fut appelée ensuite Piazza Grande, nom parfois encore utilisé de nos jours.

Au fil des siècles, la place subit de nombreuses modifications. Voici une peinture de Marco Moro, datant de 1854, quelques années avant la grande restructuration:

Au milieu du XIXe siècle, lorsque Trieste revint dans l’Empire austro-hongrois après l’occupation française, elle connut une période de grande prospérité, particulièrement après la construction de la ligne de chemin de fer Vienne-Trieste en 1857. Un premier projet de restructuration de la Piazza Grande avait été conçu par l’architecte Domenico Corti en 1788, mais ce n’est qu’en 1858 que les travaux pour combler l’ancienne rade commencèrent. Les murs et les bâtiments qui donnaient sur la mer furent démolis et les habitations sur la place modifiées pour laisser place à de magnifiques palais.

Le bâtiment le plus imposant, l’hôtel de ville, se trouve au fond de la place, face à la mer. Construit par l’architecte Giuseppe Bruni en 1875, il est formé d’un corps unique monumental, surmonté, dans sa partie centrale, d’une tour avec horloge. A l’intérieur de la tour, deux statues de Maures marquent les quarts d’heure avec une hallebarde. Les Triestins n’ont pas accueillis favorablement cette construction et l’ont surnommée la volière ou la cage en raison de sa forme particulière.

A la gauche de l’hôtel de ville se trouvent le Palazzo Modello, la Casa Stratti et le Palazzo del Governo. Le premier a également été construit par Bruni en 1871 et a été nommé Modello, car il devait servir de modèle aux autres édifices de la place. La Casa Stratti accueille le caffè degli Specchi, un des cafés historiques de la ville. Le Palazzo del Governo est plus récent, il a été construit en 1905 par l’architecte Emil Artmann. Il présente sur sa façade des mosaïques aux armes de la maison de Savoie qui ont remplacé les mosaïques originales aux armes de l’Empire austro-hongrois. Les palais Pitteri, Vanoli et del Lloyd Triestino leur font face.

Piazza dell'unità

Au centre de la place, la fontaine des quatre continents symbolise la ville de Trieste du XVIIIe siècle, appelée à cette époque « La Favorite de la Fortune », grâce à la création du port franc par l’empereur Charles VI et la politique de développement économique menée par l’archiduchesse Marie-Thérèse. Elle a été construite en 1751 par l’architecte bergamasque Giovanni Battista Mazzoleni. Le monde est représenté par quatre statues qui représentent les traits des habitants des quatre continents alors connus (Europe, Asie, Afrique et Amérique) et l’eau s’écoule de quatre figures allégoriques représentant les quatre grands fleuves. Comme la Fontaine des Quatre-Fleuves de Gian Lorenzo Bernini à Rome, le Nil a le visage voilé, sa source étant alors encore inconnue. Au sommet, une femme ailée aux bras ouverts symbolise une Trieste qui accueille des commerçants venus du monde entier.

L’élément le plus ancien de la place est la colonne de Charles VI du Saint-Empire, érigée en 1728 pour la visite de l’empereur. En raison du manque de temps pour la préparation de cette visite, la statue originale avait été sculptée dans du bois, puis dorée à la feuille. Ce n’est qu’en 1756 qu’elle fut remplacée par la statue en pierre actuelle.

La place prit le nom de Piazza Unità en 1918, lorsque la ville fut rattachée au royaume d’Italie. En 1954, lorsque la ville réintègra l’Italie, après la dissolution du territoire indépendant de Trieste, elle reçut son nom actuel: la Piazza dell’Unità d’Italia.

Les événements de la ville, de la région ou même du pays ont toujours été célébrés sur cette place. Le 3 novembre 1918, plusieurs milliers de personnes ont fêté l’arrivée du  contre-torpilleur Audace qui avait brisé 530 ans de domination autrichienne sur la ville. De même, le 21 mai 1922, le roi Vittorio Emanuele, la reine Elena et la princesse Jolanda y furent accueillis par une foule en liesse. Le 18 septembre 1938, c’est du balcon central de l’hôtel de ville que Benito Mussolini annonça  l’instauration des lois raciales fascistes en Italie. En 1954, sous le parrainage du président de la République Luigi Einaudi, et en 2004, avec le président de la République Carlo Azeglio Ciampi, la place fut le centre des célébrations de la réintégration de la ville dans le territoire italien. Elle a organisé, en outre, de grands concerts avec Elton John, Claudio Baglioni, Francesco Salvi, Enrico Ruggeri ou Carmen Consoli, pour n’en citer que quelques uns. Et chaque année, elle attire tous les habitants de la région pour les festivités de la Saint-Sylvestre.

Lien externe

Advertisements