Étiquettes

,

Francesco di Giorgio Martini naquit en 1439 à Sienne, d’une famille de petite noblesse. Il fit son apprentissage dans l’atelier de Lorenzo di Pietro où il reçut une formation complète de peintre et de sculpteur. Il étudia également des traités d’architecture, dont celui de Vitruve De architectura, et les manuscrits technologiques de Mariano di Jacopo. Entre 1463 et 1464, il voyagea avec son maître à Florence et à Rome pour y découvrir à la fois les nouveautés artistiques et les vestiges de l’architecture classique.

Dans les années qui suivirent son apprentissage, il s’associa avec son condisciple Neroccio di Landi, et se consacra principalement à la peinture. En 1475, grâce à ses croquis de machines et d’architectures militaires (on lui doit, entre autres, l’invention du fort en forme d’étoile à bastions triangulaires), il fut remarqué par le duc d’Urbino, Federico da Montefeltro, qui l’engagea en remplacement de Luciano Laurana pour reprendre la direction des travaux du palais ducal d’Urbino. Avec Sandro Botticelli, Melozzo da Forlì et Donato Bramante, il dessina les magnifiques marqueteries en bois de la pièce la plus célèbre du palais, le Studiolo.

Il fut également responsable de la construction et de la fortification des résidences du duc et il s’occupa d’une centaine de projets militaires et civils à travers le duché. En raison du manque de documentation sur les oeuvres qu’on lui attribue, il est difficile de savoir avec certitude quelle part exacte il prit dans l’édification de ces édifices. On retrouve beaucoup de plans dans ses manuscrits, mais il est possible que la direction des travaux ait été confiée à d’autres architectes. Ses projets les plus notables sont les remparts des villes de Jesi et de Corinaldo, les châteaux de Cagli et de Mondavio, la forteresse de San Leo, les palais publiques des villes d’Ancone, de Cagli, de Jesi et d’Urbania.

On lui doit très peu d’édifices religieux, à part les églises de San Bernardino degli Zoccolanti à Urbino et de Santa Maria delle Grazie à Calcinaio.

En 1488, en raison des charges politiques et diplomatiques qui lui furent confiées par la République de Sienne, il retourna dans sa ville natale où, en 1499, il fut nommé maître d’œuvre de la cathédrale. Il travailla également à moderniser certaines parties des fortifications de la ville.

Pendant cette même période, il fit beaucoup de missions à travers l’Italie où il était appelé à la fortification ou à l’édification de certains édifices: il participa à l’agrandissement du château de Bracciano dans le Lazio; il contribua avec Léonard de Vinci à l’érection de la tour-lanterne de la cathédrale de Milan; il fut appelé en consultation pour la construction de la cathédrale de Pavie; et il passa quelques mois à Naples pour l’inspection des forteresses du royaume.

Ses carnets de notes, assemblés dans son traité d’architecture Trattato di architettura, ingegneria e arte militare, recèlent la plupart de ses inventions, dont certaines auraient inspiré Léonard de Vinci. Il a ainsi dessiné, avant ce dernier, un homme selon les proportions idéales de Vitruve.

Francesco di Giorgio Martini est mort en 1502 à Sienne.

Lien externe

Advertisements