Étiquettes

Alfonso naquit à Marianella, près de Naples, en 1696. Sa famille était noble et il reçut une éducation classique et variée avec des précepteurs à la maison. Doté de nombreuses qualités intellectuelles, il obtint à seulement 16 ans une maîtrise de droit civil et canonique et commença à plaider devant les tribunaux à l’âge de 19 ans. Très vite considéré comme un ténor du barreau, sa carrière s’arrêta net en 1723 lorsqu’il commit une grave faute professionnelle au détriment de son client. Son orgueil blessé par cette humiliation l’empêcha de continuer son métier, puis il y vit un signe du ciel pour lutter contre sa fierté.

Malgré l’opposition de son père, il décida de consacrer sa vie à Dieu. Afin de trouver un compromis, il fut décidé qu’il étudierait la prêtrise à la maison sous la tutelle de son directeur, le père Thomas Pagano, membre de la congrégation de l’Oratoire de saint Philippe Néri. Il fut ordonné prêtre en 1726 et se lia, pour l’exercice de son ministère, à la congrégation diocésaine des Missions apostoliques. Il commença une action d’évangélisation et de catéchèse dans les couches les plus humbles de la société napolitaine, en leur enseignant à prier et en les encourageant à améliorer leur façon de vivre. Il obtint d’excellents résultats: dans les quartiers les plus misérables de la ville se multipliaient les groupes de personnes qui, le soir, se réunissaient dans les maisons privées et dans les échoppes, pour prier et pour méditer sur les Evangiles. Quand, suivant le désir de l’archevêque de Naples, ces réunions furent tenues dans les chapelles de la ville, elles prirent le nom de «chapelles du soir». Elles furent de véritables sources d’éducation morale, d’assainissement social et d’aide réciproque entre les pauvres.

Après avoir pensé partir pour évangéliser les peuples païens, Alfonso de’ Liguori, à l’âge de 35 ans, entra en contact avec les paysans et les bergers des régions intérieures du royaume de Naples et, frappé par leur ignorance religieuse et par l’état d’abandon dans lequel ils se trouvaient, il décida de quitter la capitale et de se consacrer à ces personnes. En 1732, il fonda la congrégation religieuse du Très Saint Rédempteur, qu’il plaça sous la protection de l’évêque Tommaso Falcoia, et dont par la suite il devint lui-même le successeur. Les Rédemptoristes furent d’authentiques missionnaires itinérants, qui atteignaient les villages les plus reculés en exhortant à la conversion et à la persévérance dans la vie chrétienne, en particulier au moyen de la prière. Alfonso recommandait aux prêtres et aux confesseurs d’être fidèles à la doctrine morale catholique, en assumant, dans le même temps, une attitude charitable, compréhensive et douce, pour que les pénitents puissent se sentir accompagnés et encouragés dans leur chemin de foi et de vie chrétienne. Il ne se lassait jamais de répéter que les prêtres sont le signe visible de la miséricorde infinie de Dieu.

A côté de sa charge de prêtre, il rédigea de très nombreux écrits sur la spiritualité et la théologie, destinés à la formation religieuse du peuple. Ses oeuvres les plus notables sont Pratica di amar Gesù Cristo, Visite al Ss. Sacramento et Del Gran mezzo della preghiera. Il composa en outre trois chants religieux, dont un de Noël encore chanté de nos jours: Tu scendi dalle stelle.

En 1762, le pape Clément XIII le nomma évêque de Sant’Agata de’ Goti, charge qu’il quitta en 1775 pour des raisons de santé. Il mourut en 1787 à Pagani, fut canonisé en 1839 et déclaré Docteur de l’Eglise en 1871.

Lien externe

Publicités