Mots-clefs


Une fois par année, les quatre grandes républiques maritimes italiennes se retrouvent pour une journée de fête où leurs meilleurs rameurs s’affrontent dans une joute bien amicale par rapport aux conflits du passé. Oubliées la mise à sac du duché d’Amalfi par la République de Pise en 1135, la rivalité entre les Républiques de Gênes et de Pise des XIIe et XIIIe siècles, ou les guerres de Saint-Sabas et de Chioggia opposant la Sérénissime à la République de Gênes! Dans un foisonnement de drapeaux multicolores et au son des trompettes, des figurants en costume d’époque jouent le rôle des personnages qui ont fait la vie de chaque république dans un grand défilé historique, puis quatre embarcations avec 8 rameurs et 1 timonier s’affrontent sur un parcours de 2 kilomètres. La République d’Amalfi est en bleu avec un cheval ailé à sa proue; la République de Gênes est en blanc avec le dragon de saint Georges, patron de la ville; la République de Pise est en rouge avec un aigle, symbole du lien qui unissait la ville au Saint-Empire romain germanique; et la République de Venise est en  vert avec le lion de saint Marc. La ville gagnante remporte un trophée d’or et d’argent, représentant une barque soutenue par quatre hippocampes, qu’elle conserve jusqu’à l’année suivante.


L’idée de commémorer les quatre puissances maritimes est née à la fin de la Seconde Guerre mondiale grâce à deux passionnés d’histoire: le pisan Mirro Chiaverrini et l’amalfitain Francesco Amodio. La proposition a été reprise par l’office du tourisme de Pise qui l’a transmise aux trois autres villes. Venise s’est un peu fait tirer l’oreille, mais elle a fini par accepter devant l’enthousiasme des autres. Une fois son accord donné, il a fallu définir les statuts de l’événement et surtout entreprendre de longues recherches dans les archives et sur les oeuvres d’art pour dessiner et confectionner les costumes du défilé, sans parler de la construction des barques sur des modèles du XIIe siècle et la recherche de fonds.

Le 10 décembre 1955, les statuts ont été signés à Amalfi et le lancement des barques a eu lieu le 9 juin 1956 avec la bénédiction du Patriarche de Venise, Angelo Roncalli, futur Jean XXIII. La première régate s’est tenue à Pise le 1er juillet 1956 en présence du président de la République, Giovanni Gronchi, et du ministre de la marine marchande, Gennaro Cassiani. C’est Venise qui remporta le trophée. Depuis lors, la régate se déroule chaque année à tour de rôle dans une des quatre anciennes républiques, toujours parrainée par le président de la République.

Le défilé est le moment central de la manifestation. Chaque république présente son glorieux passé, offrant des épisodes et des personnages qui ont marqué son histoire.

Ainsi, Amalfi présente le mariage du fils du Doge Mansone Ier avec une princesse royale de la maison de Salerne qui a eu lieu à la fin du Xe siècle. Ils sont accompagnés du Doge, de la noblesse d’épée (dans le costume repris plus tard par les chevaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem), de magistrats, de militaires et du peuple.

Le héros de Gênes est Guglielmo Embriaco, le condottiero qui a mené la flotte gênoise lors de la première croisade en 1096 et qui a rapporté le plat qui passe pour avoir été utilisé lors de la Cène. Il est accompagné par Caffaro di Rustico da Caschifellone, un écrivain gênois qui rédigea un récit de la croisade, puis celui des annales de Gênes. Des marchands, des soldats et le peuple les suivent.

La procession de Pise met en avant la jeune héroïne qui sauva la ville d’une attaque des Sarrasins en 1004, Kinzica de’ Sismondi, ainsi que tous les représentants du pouvoir pisan (consul, maire, capitaine) avec les évêques, les soldats, les marins et les musiciens.

Quant à l’épisode vénitien, il se déroule en 1489, lorsque Caterina Cornaro, noble vénitienne devenue reine de Chypre, cèda l’île à la Sérénissime. Elle est accompagnée du Doge, des sénateurs, des ambassadeurs et du capitaine de la flotte. Le drapeau que Venise a reçu du pape Alexandre III en 1177, lorsqu’elle a négocié la paix entre l’empereur Barberousse et la Ligue lombarde, fait également partie du cortège.

En plus des régates traditionnelles, les quatre républiques se rassemblent parfois pour commémorer des événements exceptionnels. En 1961, elles ont célébré le centenaire de l’unité d’Italie sur le Pô à Turin; en 1983, elles sont parties à Londres pour organiser une régate contre quatre équipages anglais; et en 1999, elles ont participé au jubilé du Prince Rainier de Monaco à Monte-Carlo en intégrant une équipe monégasque dans leur régate. Finalement, le cortège a défilé dans les rues de New York, de Berlin et d’autres capitales internationales, célébrant ainsi à l’étranger l’ancienne gloire des républiques maritimes.

Lien externe

Publicités