Mots-clefs

pistoia_big
Au centre du losange formé par les remparts de Pistoia se trouve la place du Dôme, noyau du pouvoir civil et religieux de la ville. La cathédrale de San Zemo et son campanile sont les premiers monuments que l’on remarque.

Le campanile repose sur les restants d’une ancienne tour de style roman lombard datant du XIIe siècle. Il est composé de trois niveaux sans fenêtre, de deux niveaux avec une fenêtre à meneaux sur chaque côté et de trois niveaux entourés de loggias. Le dernier niveau contient le beffroi, atteignant une hauteur totale de 67 mètres. La tour a été détruite à plusieurs reprises suite à des tremblements de terre. Son aspect actuel date de 1576. Les fenêtres et les loggias sont décorées de marbre vert de Prato et de calcaire, et les deux derniers étages ont des créneaux en forme de queue d’aronde, signe du ralliement de la ville au parti gibelin.


La cathédrale est le résultat de plusieurs siècles de modifications. Les premières mentions écrites d’une église datent de l’an 923 et parlent d’un édifice paléochrétien. Il fut détruit par un incendie en 1108 et une cathédrale fut construite sur ses fondations lors des décades suivantes. En 1145, l’évêque Atto consacra un autel à saint Jacques le Majeur dont l’une des reliques venait d’être acquise par la ville. Un deuxième incendie la détruisit en 1202 et elle fut reconstruite cette fois avec des voûtes en pierre. C’est un tremblement de terre qui l’endommagea en 1298. Entre 1379 et 1440, la façade actuelle fut construite avec ses trois niveaux de loggias et son portail. En 1504, le sculpteur Andrea della Robbia fut chargé de la décoration de l’archivolte du portail et du tympan au-dessus de la porte centrale. Au début du XVIIe siècle, le choeur datant du Moyen Age fut démoli, les chapelles absidiales modifiées et l’abside remplacée par un dais de style baroque surmonté d’un dôme.


A l’intérieur, l’autel dédié à saint Jacques est un chef-d’oeuvre d’argenterie avec un retable embossée de 628 figures. Commencé en 1287, plusieurs grands artistes y travaillèrent au fil des ans, dont Filippo Brunelleschi. Dans la chapelle du Saint-Sacrement se trouve un peinture commencée par Andrea del Verrocchio et terminée par son disciple Lorenzo di Credi, la Madonna in trono fra i santi Giovanni Battista e Donato.


Le baptistère di San Giovanni in Corte se trouve en face de la cathédrale. Il a été construit au XIVe siècle et est considéré comme l’un des plus beaux exemples de l’art gothique toscan, dans lequel sont réunis les styles de Florence, Pise et Sienne. Il est de forme octogonale avec trois grands portails finement décorés et sculptés de bas-reliefs en marbre. Son extérieur, recouvert de marbre blanc et vert, est l’oeuvre de Cellino di Nese. A l’intérieur se trouve les fonts baptismaux datant de 1226 et signés par le sculpteur Lanfranco da Como.


L’ancien palais épiscopal est un très bel exemple de l’architecture civile du Moyen Age. Ce fut le siège des évêques de la ville jusqu’en 1786, lorsqu’il a été vendu à des propriétaires privés par l’évêque janséniste Scipione de’ Ricci. Construit à la fin du XIe siècle sur la place du marché à côté de la cathédrale, il est la conséquence de différends entre l’évêque et le chapitre des religieux qui poussèrent l’évêque à se faire construire une résidence autonome, indépendante du presbytère. Il avait à l’origine les caractéristiques d’un château avec des remparts, mais au cours du siècle suivant, la structure fut modifiée pour apporter les éléments architecturaux d’une résidence urbaine. A l’intérieur se trouve une sacristie dans laquelle est conservée la relique de saint Jacques le Majeur.

La Piazza del Duomo contient également le Palazzo del Comune, le Palazzo Pretorio, le Palazzo del Governo et le Palazzo della Monte dei Paschi di Siena. Tous les étés, du 23 au 25 juillet, le jour de la fête de saint Jacques le Majeur, elle est le théâtre d’un palio équestre, la Giostra dell’Orso, pendant lequel les quatre quartiers de la ville (Grifone, Leon d’Oro, Drogo et Cervo Bianco) s’affrontent en duel sur 18 tours. Les cavaliers doivent frapper avec des lances une cible tenue par un mannequin ayant l’aspect d’un ours. Le quartier gagnant reçoit le Palio et le meilleur cavalier le Speron d’Oro.

Lien externe

Publicités