Étiquettes

Le serment de Pontida est une cérémonie qui s’est tenue le 7 avril 1167 dans la petite ville de Pontida, près de Bergame, lors de laquelle les villes lombardes se sont alliées contre l’empereur germanique Frédéric Ier Barberousse qui tentait d’exercer, depuis la Diète de Roncaglia en 1158, une influence impériale sur l’Italie septentrionale. La coalition fut appelée la Lombardorum Societas (Ligue lombarde) et rassemblait, entre autres, Crema, Cremona, Mantoue, Piacenza, Bergame, Brescia, Milan, Gênes, Bologne, Padoue, Modène, Reggio Emilia, Trevise, Venise, Vercelli, Vicenza, Verona, Lodi et Parme.

En 1168, la ville d’Alessandria fut fondée par la Ligue sur les terres du marquis de Montferrat, un allié de Barberousse, pour servir de bastion contre les forces de l’empereur. Elle fut nommée en l’honneur du pape Alexandre III, chassé de Rome en 1166 par l’antipape Pascal III. La ville eut à tenir un très long siège pendant l’hiver 1174-75. La légende dit qu’alors qu’il ne restait plus que quelques grains de blé pour nourrir les assiégés, un paysan ingénieux en nourrit sa vache, puis sortit de la ville et se fit prendre par l’armée de l’empereur. Lorsque les Impériaux eurent tué la vache et découvert son estomac rempli de grains, ils se découragèrent et abandonnèrent le siège. Ce fut la première victoire des forces de la Ligue.

Le 29 mai 1176 eut lieu la terrible bataille de Legnano. Chacune des deux armées croyaient l’autre plus éloignée qu’en réalité et leurs avant-gardes se rencontrèrent par hasard. Les Lombards n’étaient pas préparés et, surtout, leurs forces étaient principalement composées de fantassins, alors que les Impériaux se battaient à cheval. Malgré tout, et c’est un rare exemple dans l’histoire de la guerre médiévale, l’infanterie lombarde réussit à mettre la cavalerie impériale en déroute. L’empereur dut s’enfuir en direction de Pavie, puis se rendit à Venise pour signer un traité de paix par lequel il reconnaissait Alexandre III comme pape.

Le 25 juin 1183, la paix de Constance établit les relations entre l’empereur et la Ligue, cette dernière acceptant de lui rester fidèle tant qu’elle conserverait la juridiction sur ses propres territoires. Ce traité marqua le début de l’essor des communes italiennes.

L’épopée de la création de la Ligue lombarde à Pontida en 1167, de la victoire militaire à Legnano en 1176 et du succès diplomatique de la paix de Constance en 1183 fut repris au XIXe siècle par les partisans de l’unité italienne. Giuseppe Mazzini dira lors de son exil à Londres que « les seize années entre 1167 et 1183 valent deux siècles de l’Empire romain. » Un autre grand acteur du Risorgimento, l’écrivain Massimo d’Azeglio, écrira que la lutte entre Barberousse et la Ligue « fut l’ère la plus belle et la plus lumineuse de notre histoire. » Quant à Giuseppe Garibaldi, il dira en arrivant à Bergame en 1848: « Bergame sera le Pontida de la génération actuelle et Dieu vous conduira à Legnano. » Les similitudes entre les deux périodes sont en effet frappantes: une fois encore, l’Italie septentrionale devait se lever et combattre un ennemi venu de l’extérieur.

Plus d’un siècle plus tard, en 1984 la Ligue fut ressuscitée sous la forme d’un parti politique régionaliste mené par Umberto Bossi et demandant la division de l’Italie en républiques fédérées, détournant ainsi l’esprit de Pontida. Son premier nom fut Lega Autonomista Lombarda, avant qu’elle ne soit rebaptisée Lega Lombarda, puis Lega Nord per l’indipendenza della Padania.

Liens externes

Advertisements