Étiquettes

L’origine de Lanciano remonte à la nuit des temps. Des recherches archéologiques indiquent la présence d’habitations au néolithique déjà et les fouilles dans le centre historique ont révélé les vestiges d’une agglomération datant du XIIe siècle av. J.-C. Les Romains conquirent la région vers 435 av. J.-C. et firent de la ville d’Anxanum une des premières colonies romaines avec le statut de municipe libre. Quelques ruines attestent de la présence de monuments typiques de cette période: des thermes, un théâtre, des temples dédiés à Junon, Apollon et Mars, des fontaines, le pont Diocleziano et des aqueducs. Selon la tradition, Longinus, le centurion romain qui perça le flanc du Christ viendrait de Lanciano, qui signifie en italien « de la Lance ». C’était probablement un centre commercial prospère, grâce à son emplacement proche de la mer et à ses arrières protégés par le mont Maiella, mais aussi grâce à sa situation sur une ancienne route commerciale qui reliait Pescara aux Pouilles en passant par Ortona, Anxanum et Vasto.

Après l’effondrement de l’Empire romain, Lanciano fut saccagée par les Goths, puis vers 571, conquise et rasée par les Lombards. Ces derniers réorganisèrent la cité en construisant un nouveau château situé dans le quartier actuel de Lancianovecchia. En 610, les Byzantins envahirent Lanciano et l’annexèrent au duché de Chieti. Après l’invasion des Francs à la fin du VIIIe siècle, l’agglomération tomba sous la domination du duché de Spoleto, puis en 1060, la ville fut conquise par les Normands et passa dans le royaume de Naples auquel elle resta attachée jusqu’à l’unification d’Italie.

Le commerce reprit avec l’organisation de nombreuses foires. La ville prospéra rapidement, construisant des nouveaux quartiers et des fortifications, et se développa dans le domaine des sciences et des arts. Elle était également devenue le refuge de nombreux juifs qui se spécialisèrent dans le domaine bancaire. En 1212, son activité commerciale et ses foires étaient tellement importantes qu’elle reçut le statut d’università demaniale administrée directement par le futur empereur Frédéric II et ce privilège lui fut confirmé de manière permanente par le roi Manfred Ier de Sicile en 1259. En 1304, Charles II d’Anjou lui accorda une franchise des droits de douane et le droit d’élire, outre les magistraux ordinaires, le Mastrogiurato, un haut magistrat qui détenait le pouvoir administratif et judiciaire sur la ville pendant le temps que duraient les foires commerciales.

En 1340, Lanciano devint la plus grande ville des Abruzzes avec 6 500 habitants. Toujours en lutte avec sa rivale, Ortana, pour le contrôle du port de San Vito, elle en reçut la libre possession et l’utilisation exclusive par le roi Alphonse V d’Aragon en 1441. De plus, il fut interdit d’organiser des foires dans les vingt kilomètres autour de Lanciano les jours où elle tenait ses propres foires.

La découverte de l’Amérique signifia le début du déclin du commerce de Lanciano qui devint, en 1640, une baronnie. En 1799, la ville fut incluse dans le territoire de la république parthénopéenne, puis elle participa aux soulèvements contre les Bourbons du milieu du XIXe siècle. En 1860, elle vota pour son rattachement au royaume d’Italie nouvellement formé.

Avec une telle histoire, cette commune d’un peu plus de 35 000 habitants possède des trésors architecturaux qui datent, pour certains, de mille ans. Que ce soit grâce à des édifices religieux comme la basilique della Madona del Ponte construite au XVe siècle sur le pont romain Diocleziano, l’église cistercienne de Santa Maria Maggiore ou l’église de Saint-François qui contient les reliques du plus ancien miracle eucharistique reconnu par l’Église catholique, pour n’en citer que quelques uns, grâce aux édifices civils comme des palais remontant au XVIe siècle ou des maisons urbaine du XIXe siècle, ou grâce aux fortifications militaires, Lanciano est un véritable musée en plein air.

Chaque année, la ville célèbre plusieurs manifestations religieuses et culturelles. Une des plus célèbres, la settimana medievale, se tient pendant une semaine en septembre et reconstitue, dans une grande représentation en costume d’époque, l’investiture du Mastrogiurato.

Lien externe

Publicités