Étiquettes

Chaque année, le jour de la Fête-Dieu, des anges volent dans Campobasso. Ce n’est pas une légende, nombre de dessins et de photographies peuvent l’attester. Ce n’est pas un miracle non plus, car ce phénomène n’a rien de surnaturel. C’est simplement la splendide procession des mystères, la Sagra dei Misteri, qui se tient chaque année dans les rues de la ville.

Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les bourgeois de la région se révoltèrent contre le système féodal maintenu par les derniers seigneurs de la ville, les Carafa, et obtinrent le statut de ville libre. Pour célébrer l’événement, ils décidèrent d’organiser une procession de tableaux vivants le jour de la Fête-Dieu. A l’époque, les mystères étaient souvent représentés comme des scènes de théâtre, avec des dialogues élémentaires, devant des décors. Mais à Florence, Filippo Brunelleschi avait eu l’idée de construire des cadres métalliques pour créer des tableaux vivants, sans dialogue. Cela évitait de tomber dans des manifestations profanes ou même vulgaires et cela permettait de donner plus de vie à l’ensemble que la simple procession de statues.

La ville demanda à Paolo Saverio Di Zinno, un natif de Campobasso qui s’était installé à Naples et qui s’était spécialisé dans la sculpture d’objets sacrés, de créer vingt-quatre tableaux pour représenter les mystères, sur un modèle similaire à ceux de Brunelleschi. Il construisit des structures en fer fixées sur des plateaux de bois. L’alliage utilisé avait l’avantage d’être suffisamment flexible pour bouger à chaque mouvement et résistant pour supporter le poids des participants. Ceux-ci étaient retenus par des sangles rembourrées de coton et placés sur des sortes de selles en cuir pour amortir les chocs dus à la procession. Chaque tableau était porté sur l’épaule par une quinzaine d’hommes qui marchaient au rythme des tambours et des trompettes.

Immacolata Concezione

Peu de choses ont changé. Certaines des structures de Zinno sont encore utilisées de nos jours. Leur préservation est assurée par les trois mêmes paroisses qui avaient financé leur construction. Treize tableaux rythment la procession: Sant’Isidoro; San Crispino; San Gennaro; Abramo; Maria Maddalena; Sant’Antonio Abate; Immacolata Concezione; San Leonardo; San Rocco; L’Assunta; San Michele; San Nicola; Santissimo Cuore di Gesù. La musique d’accompagnement est maintenant le Mosè in Egitto de Gioachino Rossino. Le mouvement provoqué par les porteurs donne une vivacité surréelle aux tableaux dans lesquels les figurants semblent détachés des lois terrestres.

En 1997, l’association Les mystères et les traditions a soutenu la demande des citoyens de faire entrer la Sagra dei Misteri dans le Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Elle a également rendu possible la création du Museo dei Misteri.

Liens externes

Publicités