Étiquettes

En mars 1796, Napoléon Bonaparte entre en Italie et envahit le Piémont en quelques semaines. Suite à l’armistice de Cherasco le 28 avril 1796, Victor-Amédée, roi de Sardaigne et prince de Piémont, cède à la France le duché de Savoie et le comté de Nice, laissant ainsi le passage libre aux troupes françaises pour combattre les Autrichiens. Les victoires françaises se succèdent et le 15 mai, Bonaparte entre à Milan. L’archiduc Ferdinand d’Autriche-Este s’enfuit en lui laissant les clefs de la ville. Bonarparte continue sa progression: il assiège Mantoue, prend le duché de Parme, celui de Modène et Reggio, et enlève les Légations de Ferrare, Bologne et Romagne au Pape.

Au fur et à mesure de son passage, un certain nombre de républiques soeurs sont créées. Le 16 octobre 1796, les villes de Bologne, Ferrare, Modène et Reggio s’allient et proclament la Confederazione Cispadana. Du 27 décembre 1796 au 9 janvier 1797, un congrès constitué des représentants des quatre villes est rassemblé dans la salle des archives du duché de Reggio Emilia. La Confederazione Cispadana est transformée en Repubblica Cispadana, un gouvernement mis en place et une garde civile formée, composée de chasseurs de d’artilleurs.

C’est le 7 janvier que le représentant Giuseppe Compagnoni propose de choisir un drapeau. Sur le modèle français, le congrès adopte une bannière carrée de trois couleurs horizontales, rouge en haut, blanc au milieu et vert en bas. Au centre, entouré d’une couronne de laurier, un carquois contient quatre flèches symbolisant les quatre provinces. C’est cette bannière qui servira de modèle au drapeau du futur royaume d’Italie, puis de la République Italienne. La salle des archives, quant à elle, fut renommée la Sala del Tricolore en son honneur.

Que nous rassemble un unique drapeau…


Il y a diverses interprétations concernant le choix des couleurs: la plus plausible est que le drapeau reprend les couleurs des uniformes des Lombards (et plus spécialement de la garde civile de Milan) ralliés à Bonaparte; la plus catholique dit que les couleurs représentent les trois vertus théologales (Foi, Espérance, Charité) telles que décrites par Dante Alighieri dans son 18e chant du Purgatoire; et la plus jolie parle du rouge des volcans, du blanc des montagnes et du vert des plaines.

Quoi qu’il en soit, nul mieux que Goffredo Mameli n’a écrit toute la portée symbolique de ce drapeau:

Noi siamo da secoli
Calpesti, derisi,
Perché non siam popolo,
Perché siam divisi.
Raccolgaci un’unica
Bandiera, una speme:
Di fonderci insieme
Già l’ora suonò.
Stringiamci a coorte
Siam pronti alla morte
L’Italia chiamò.

Liens externes

Advertisements