Mots-clefs

Le chemin de fer Naples-Portici fut la première ligne ferroviaire construite en Italie, inaugurée le 3 octobre 1839. C’était une voie double, longue de 7,25 kilomètres, partant d’une gare située juste à l’extérieur des murs de Naples, entre les portes Nolada et del Carmine, le long de la via dei Fossi, et arrivant en face du Palazzo Reale à Portici. Elle était le premier tronçon d’un projet de ligne ferroviaire entre Naples et Nocera Inferiore avec un embranchement à Torre Annunziata en direction de Castelammare di Stabia.

Le projet datait de 1836 et, compte tenu de la nouveauté, avait été donné à des entreprises et investisseurs étrangers. C’est le français Armand Bayard de la Vingtrie qui fut chargé de la conception et de la réalisation des lignes. Les rails étaient en fer forgé, d’une longueur de 5 mètres, pesant 25 kilogrammes par mètre. Ils étaient posés sur des blocs de pierre coulés dans le sol et l’écartement des rails était maintenu régulièrement avec des barres transversales. Il n’y avait pas encore les traverses en bois pour transmettre au ballast les charges des véhicules. La pente maximale du trajet était de 2 ‰, tandis que le rayon de courbure moyen s’élevait entre 1’300 et 1’400 mètres.

Les locomotives à vapeur furent fournies par Longridge and Co en Angleterre et construites selon le modèle des premières locomotives réalisées par George et Robert Stephenson. Elles avaient trois essieux de type Single (oOo) avec deux cylindres verticaux externes de 356 x 425 mm. Les chaudières étaient couvertes de bandes de bois précieux, maintenues ensemble par quatre cercles en laiton, et pouvaient supporter une pression de 3,5 kg/cm2. Les locomotives pesaient 13 tonnes et avaient une puissance de 65 CV à 50 km/h.

Le reste de l’équipement, tenders et voitures, fut construit localement, en Italie.

Le voyage inaugural eut lieu le 3 octobre 1839, en présence du roi Ferdinand II des Deux-Siciles et des hauts dignitaires du royaume. Le convoi était composé de la locomotive « Vesuvio » et de huit voitures, transportant en tout 258 passagers. Le trajet fut effectué en neuf minutes et demie, au milieu de la joie et de la stupéfaction. Le succès fut immense: le train transporta plus de 85’000 passagers au cours des quarante jours suivants et plus de 130’000 à la fin 1839. Le 1er août 1842, la ligne Naples-Castellammare fut inaugurée et deux ans plus tard le projet initial jusqu’à Nocera Inferiore était terminé.

De nombreux invités distingués essayèrent ce nouveau moyen de transport. En september 1849, le pape Pie IX fit le trajet invité par le roi Ferdinand; il en revint enchanté et exprima le désir de construire des lignes ferroviaires dans les Etats pontificaux.

Une conséquence de la construction de ce chemin de fer fut la reconversion de la fonderie de Pietrarsa à Naples, spécialisée dans la construction de canons, en usine de fabrication de matériel ferroviaire. Au départ, l’usine ne s’occupait que des réparations, mais à partir de 1845, elle commença à construire, selon le modèle anglais, ses propres locomotives. Très vite, elle fut réputée pour être à la pointe des dernières technologies et le tsar Nicolas Ier la visita pour pouvoir la reproduire en Russie. A l’époque de l’unification italienne, Pietrarsa était le plus grand complexe industriel du pays, avec 1’200 employés. Mais, après l’unification, l’activité de l’usine commença à décliner lorsque les industriels piémontais décidèrent de reprendre la construction des chaudières et, en 1905, suite à la nationalisation des chemins de fer, Pietrarsa ne servait plus que comme atelier de réparation. Il n’empêche qu’entre 1845 et 1905, elle construisit plus de 300 locomotives, plusieurs centaines de voitures et quelques milliers de wagons. En 1975, il fut décidé que le site serait transformé pour accueillir le Museo Nazionale Ferroviario di Pietrarsa qui fut inauguré le 7 octobre 1989, à l’occasion du 150e anniversaire des chemins de fer italiens.

Lien externe

Publicités