Mots-clefs

La Basilique palladienne est un édifice public situé sur la Piazza dei Signori à Vicenza. Son nom est lié à celui d’Andrea Palladio, dont le projet vint ajouter ses célèbres loggias de marbre blanc à un édifice préexistant, connu sous le nom de Palazzo della Ragione.

Réalisé dans le style gothique au milieu du XVe siècle, le Palazzo della Ragione avait été construit en comprenant deux  édifices publics préexistants, ainsi que le Borgo di Berga qui les séparait et le Champ-de-Mars sur le côté, et son étage supérieur était entièrement occupé par une immense salle sans mur intermédiaire, appelée salle du Conseil des Quatre-Cents. Son toit en carène de navire renversé, recouvert de feuilles de cuivre et en partie soutenu par de grandes arches, était inspiré de celui réalisé en 1306 pour le Palazzo della Ragione de Padoue. Le revêtement de la façade gothique, toujours visible derrière les adjonctions palladiennes, fut réalisé en rhombes de marbre rose et jaune de Vérone. Le bâtiment servait à la fois de siège des autorités civiles et de palais de justice et abritait nombre de boutiques au rez-de-chaussée. Le projet initial comprenait également des loggias doubles qui devaient entourer l’ensemble, mais l’architecte Tommaso Formenton dut abandonner leur réalisation en cours de travaux, à cause de difficultés structurelles causées par la nature inconsistante du sol.

En 1549, finalement, suite à un concours organisé par le conseil communal où les grands architectes de l’époque présentèrent chacun un projet, le jeune et presque inconnu Andrea Palladio reçut le mandat de construire les deux niveaux de loggias. Un de ses défis fut d’adapter les ouvertures prévues pour ses loggias aux ouvertures préexistantes du palais gothique en tenant compte des différences d’alignement. Il le résolut en concevant des loggias en forme de serlienne, dont la portée des arcs centraux est constante, mais dont la largeur des baies latérales varie pour absorber les différences d’amplitude des travées.

Le style est typique de la Renaissance avec des colonnes toscanes à chapiteau dorique au niveau inférieur et ionique au niveau supérieur. La frise présente en alternance des métopes, des triglyphes et des bucranes et la corniche est ornée de statues exécutées par plusieurs sculpteurs. Il est fait d’une pierre blanche, maintenant épuisée, en provenance de Piovene Rocchette dans la Vénitie Le palais fut nommé « basilique » par Palladio lui-même, se réclamant du modèle des basiliques romaines d’usage civil. Ce projet l’occupa et lui procura un revenu régulier pour le reste de sa vie. En fait, le premier niveau ne fut terminé qu’en 1561, la construction du deuxième niveau dura de 1564 à 1597 et l’édifice ne fut achevé qu’en 1614, trente-quatre ans après sa mort.

« L’impression que fait la basilique de Palladio est indescriptible… » – Goethe, Voyage en Italie

Sous le gouvernement de la République de Venise, la Basilique devint, en plus de ses fonctions administratives de conseil municipal et de tribunal, un grand centre d’activités économiques et culturel. L’intérieur du hall a souvent servi de décor à des scènes de théâtre ambulants.

Le 18 mars 1945, la basilique fut gravement endommagée lors d’un bombardement allié, malgré le fait qu’elle avait été classifiée, par les Alliés eux-mêmes, comme monument à préserver pendant les raids aériens. Une bombe incendiaire détruisit le magnifique toit en carène qui fut fidèlement reconstitué, après la guerre, grâce au bois de construction fourni par le haut-plateau des Sept-Communes.

Le bâtiment a subi une importante restauration entre 2007 et 2009, lors de laquelle les arcs portants ont été remplacés par des structures plus légères en bois stratifié. Toutes les façades ont été en outre consolidées et nettoyées, donnant au palais une lumière nouvelle.

Aujourd’hui, la basilique, dotée de trois espaces culturels indépendants, est le siège d’expositions d’art et d’architecture de portée mondiale. En outre, la Basilica Palladiana est classée sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, avec 25 autres édifices, tous dessinés ou reconstruits par Andrea Palladio.

Lien externe

Publicités