Étiquettes

Pietro Micca naquit en 1677 dans la province de Biella, à Sagliano. D’abord maçon, il s’engagea comme sapeur-mineur dans les troupes du Duché de Savoie dans le cadre des guerres pour la succession d’Espagne.

Le 14 mai 1706, les forces françaises commencèrent le siège Turin. L’assault aurait dû commencer en 1705, mais le général de la Feuillade préféra attendre des renforts, ce qui permit à la ville d’étendre et de renforcer ses défenses. La deuxième erreur de la Feuillade fut de mener un siège classique sur l’ensemble de la citadelle extrêmement bien protégée, à la place de suivre les conseils du maréchal Vauban qui préférait une attaque concentrée sur un des contreforts. Sa troisième erreur, et certainement la plus fatale, fut de commencer l’assault au moment d’une éclipse solaire, ce qui mit du baume au coeur des Turinois qui y virent le signe d’une victoire facile contre le Roi-Soleil.

Même si les forces étaient inégales, 44’000 Français contre 10’500 Savoyards, la résistance de ces derniers fut efficace grâce au réseau très dense des tunnels de défense. Le 17 juin, le duc de Savoie, Victor-Amédée, sortit de la ville avec 4’000 hommes et attaqua les forces françaises de la région pour soulager un peu la pression sur Turin, au point que de la Feuillade fut forcé de quitter provisoirement le siège avec 10’000 hommes pour l’affronter en territoire hostile.

Durant l’été, la pression des forces françaises se fit de plus en plus forte, alors que les troupes assiégées commençaient à manquer de munitions. Les Français creusèrent des tunnels pour essayer d’entrer directement à l’intérieur de la citadelle et, à fin août, ils étaient sous la ville. Dans la nuit du 29 au 30 août, des grenadiers français réussirent à s’emparer d’un tunnel de défense piémontais. Pietro Micca les entendit depuis une autre galerie et décida de faire exploser les escaliers de communication qui conduisaient au coeur de la ville. Il éloigna son compagnon et alluma deux barils de poudre avec une mèche courte. L’explosion provoqua l’effondrement de la gallerie, mais Micca n’eut pas suffisamment le temps de s’éloigner. Il fut gravement blessé et périt peu après. Son acte héroïque empêcha ainsi l’entrée des Français dans la ville.

Entre temps, le Prince Eugène de Savoie, avec 20’000 hommes, avait rejoint le duc Victor-Amédée et, alors que la situation semblait perdue pour les Piémontais, ils assemblèrent leurs forces dans un ultime assault contre les Français. Du 2 au 7 septembre, les forces austro-piémontaises se battirent contre les forces franco-hispaniques et réussirent à les repousser au-delà de Pignerol. Cette bataille fut ainsi un tournant dans l’ensemble des guerres pour la succession d’Espagne.

Micca n’a tout d’abord pas été reconnu comme un héros, mais l’éloge de son acte commença dès la fin du XVIIIe siècle. Depuis, une rue porte son nom à Turin, une statue a été érigée en son honneur et le nom de son village natal a été changé en Sagliano Micca. Le Museo Pietro Micca à Turin a été inauguré en 1961, pour célébrer le centenaire de la naissance de la nation italienne.

Lien externe

Publicités