Mots-clefs

,

Giuseppe Terragni est né en 1904 à Meda et est mort en 1943 à Côme. De 1921 à 1926, il étudia l’architecture à l’école polytechnique de Milan et ouvrit, en 1927, un cabinet d’architectes avec son frère Attilio à Côme.

A cette époque, il fonda, avec six autres architectes, le Gruppo 7 qui cherchait à s’éloigner du style neo-classique et de l’Art nouveau en développant le rationalisme, une nouvelle façon de voir l’architecture, caractérisée par la poursuite de la forme pure, essentielle, et par le rejet de l’ornement et de la décoration superflues. En 1930, ce groupe devint officiellement connu sous le nom de MIAR (Movimento Italiano di Architettura Razionale), avec une cinquantaine d’architectes, sur l’ensemble du pays, qui tentaient de trouver avec le fascisme un élan novateur et d’identifier le style rationnel au style fasciste. Même s’il s’apparentait au Mouvement Moderne qui se répandait en Europe, le MIAR se tournait plus particulièrement vers l’esthétisme industriel de la Deutscher Werkbund et des architectes russes et il prenait ses distances par rapport au futurisme. Le rationalisme italien se démarquait du rationalisme international, en ce sens qu’il se ne calquait pas sur un mimétisme classique d’une certaine période historique, mais envisageait l’ensemble architectural dans toutes ses parties et fonctions et dans son tout environnemental.

Terragni, dont la carrière d’architecte ne dura que 13 ans, créa un petit nombre d’oeuvres remarquables. La plus connue est la Casa del Fascio à Côme. Conçue pour servir de décor élégant aux manifestations fascistes, elle a été dessinée selon les règles du Style International: favorisant le volume par rapport à la masse, elle a la forme d’un rectangle d’or, elle met l’accent sur l’équilibre des éléments architecturaux plutôt que sur une symétrie prédéfinie et elle est mise en valeur par des surfaces extérieures lisses et sans ornementation. Ses pleins et ses vides, ainsi que les matériaux utilisés (marbre blanc de Botticino, briques de verre, verre et metal), créent des jeux de clair-obscur et de transparence qui s’intègrent parfaitement à l’environnement. Cette oeuvre est considérée comme fondamentale dans l’histoire du style rationaliste.

En 1938, sur la demande de Benito Mussolini, Terragni a également conçu le Danteum, qui n’a malheureusement jamais vu le jour. Ce monument aurait dû être une traduction architecturale de la Divine Comédie et aurait consisté en une série de salles disposées le long d’un chemin hélicoïdal ascendant qui auraient symbolisé les différents cercles décrits par Dante Alighieri. En plus de représenter les allégories contenues dans le texte (sans pour autant illustrer littéralement le schéma narratif), Terragni s’était attaché à traduire la forme et le rythme du récit dans sa conception de l’espace et dans le choix des matériaux et son projet est considéré comme un chef-d’oeuvre architectural de l’expression d’une oeuvre littéraire et poétique.

Malgré les polémiques politiques de la deuxième moitié du XXe siècle pour savoir s’il est mort en fasciste ou en antifasciste, Terragni est considéré par les architectes du monde entier comme un innovateur ayant laissé une marque indispensable dans l’évolution du Mouvement Moderne.

Lien externe

Publicités