Étiquettes

Dorando Pietri est un coureur italien qui gagna le marathon des Jeux olympiques à Londres en 1908, mais qui fut disqualifié à cause de l’aide qu’il reçut dans les derniers mètres.

Né en 1885 à Correggio, en Emilie-Romagne, il déménagea avec ses parents à Carpi où il travailla comme apprenti-boulanger. En 1904, alors qu’une course de déroulait à Carpi avec le plus célèbre coureur italien de l’époque, Pericle Pagliani, il s’engagea, encore habillé de ses vêtements de travail, derrière ce dernier et le dépassa. Quelques jours plus tard, il faisait ses débuts dans la compétition officielle.

Les succès se succédèrent et, en 1908, Pietri se qualifia pour le marathon des Jeux de Londres, dont la distance était pour la première fois un peu plus longue que 40 km, soit précisément 42,195 km, la famille royale ayant exigé que le départ soit donné au château de Windsor et l’arrivée placée devant la loge royale dans le stade olympique. Le jour de la course, le 24 juillet, il faisait particulièrement chaud à Londres. Pietri se ménagea pendant la première partie de la course, puis accéléra pour atteindre la deuxième position au 32e kilomètre, à quatre minutes du premier. Apprenant que ce dernier était en difficulté, il accélèra encore et le dépassa au 39e kilomètre. Mais il était épuisé par l’effort. En entrant dans le stade, il se trompa de sens et fut redirigé par les arbitres. Puis il tomba et s’évanouit. Les médecins et les arbitres l’aidèrent à se relever. En tout, il tomba quatre fois et franchit la ligne d’arrivée soutenu par un juge et un médecin. Son temps définitif fut de 2h54’46″, dont 10 minutes pour couvrir les 500 derniers mètres.

Le deuxième coureur à franchir la ligne d’arrivée était l’américain Johnny Hayes et l’équipe américaine fit immédiatement opposition à la victoire de Pietri, sous prétexte qu’il avait été aidé. La plainte fut acceptée et Pietri disqualifié. Paradoxalement, cette décision le propulsa au faîte de la célébrité. Le chanteur Irving Berlin composa une ballade en son honneur. L’écrivain Arthur Conan Doyle, présent à l’arrivée pour le Daily Mail, termina son article sur la course par ces mots: “The Italian’s great performance can never be effaced from our record of sport, be the decision of the judges what it may.” Il organisa, en plus, une collecte de 300£ pour que Pietri puisse ouvrir une boulangerie en Italie. La reine Alexandra, quant à elle, lui présenta une coupe en argent dédicacée.

Immédiatement après les Jeux, il fut mandaté pour participer à des événements et des expositions aux Etats-Unis et, le 25 novembre 1908, au Madison Square Garden, devant vingt-mille spectateurs, Pietri et Hayes participèrent à un premier duel. Au coude à coude pendant toute la course, Pietri gagna sur les 500 derniers mètres. Un second duel eut lieu le 15 mars 1909 que Pietri remporta également. En tout, il remporta 17 des 22 courses organisées lors de son séjour aux Etats-Unis. En mai 1909, il rentra en Italie et continua à courir jusqu’en 1911. En 3 ans, il gagna plus de 200’000 lires qu’il investit dans un hôtel à Carpi, le Grand Hotel Dorando. Malheureusement, l’affaire ne marcha pas et il se retira à San Remo où il ouvrit un garage. Il y resta jusqu’à sa mort, en 1942.

Liens externes

Publicités